Vol de voiture et d'essence: sa cavale le mène en prison

Le Louperivois Simon Lévesque s’est payé une véritable cavale entre les régions de Kamouraska et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais celle-ci s’est terminée par une sentence de détention de cinq mois.

Lévesque, un individu de 41 ans, a réglé ses dossiers du district judiciaire de Chicoutimi, mercredi matin, devant le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec.

Le client de Me Olivier Théorêt, de l’Aide juridique, a entrepris son aventure en janvier 2019 en volant un véhicule automobile. Le 11 janvier, il fait le plein à la station-service Shell, sur la route 289 à Saint-Alexandre de Kamouraska. Mais il part en oubliant de payer la facture de 56 $.

L’employé est tout de même parvenu à prendre le numéro d’immatriculation en note et l’a communiqué aux policiers de la Sûreté du Québec. Les agents ont constaté que la voiture avait été volée.

Les policiers n’ont pas été en mesure de retracer Lévesque, qui en a profité pour faire une balade jusqu’au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le 19 janvier, il s’est arrêté une première fois à Alma où il s’est rendu dans un débit de boisson. Il a consommé plus que la limite autorisée par la loi avant de reprendre le véhicule volé.

Lévesque a repris la route et est revenu en direction de Saguenay. Vers 6 h du matin, son véhicule s’est enlisé dans un banc de neige d’une résidence privée à La Baie.

Réveillé, le propriétaire de la maison a remarqué la situation et a communiqué avec les policiers du Service de police de Saguenay.

Lorsque les patrouilleurs sont arrivés sur place, Lévesque se tenait debout à côté du véhicule.

« Il a fait des déclarations incriminantes à l’effet qu’il avait volé un véhicule, qu’il était sous l’effet de l’alcool (.103) et qu’il était en interdiction de conduire », a précisé Me Théorêt.

L’individu a été incarcéré et envoyé en thérapie fermée. Mais celle-ci s’est terminée abruptement, car il en a été expulsé après quelques semaines.

Lévesque a profité de l’occasion pour recommencer son manège en volant une voiture et en omettant de payer une facture d’essence dans la région de Joliette.

Il a donc plaidé coupable au vol d’un véhicule, d’un vol d’essence et de conduite en état d’ébriété.

Il écope de cinq mois de détention, mais le juge Daoust a accepté de retrancher les 93 jours de détention préventive faite par l’accusé.

Il lui reste donc 57 jours à faire en détention. Plus la peine qui l’attend à Joliette pour les vols perpétrés durant sa liberté illégale.

De plus, le magistrat lui a ajouté deux années supplémentaires d’interdiction de conduire aux deux années qui lui avaient été précédemment imposées.