Un individu cagoulé a perpétré un vol à l’arme blanche, mercredi en après-midi, au Dépanneur Madoc, à Saint-Honoré.

Vol à l’arme blanche à Saint-Honoré

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) recherchent l’auteur d’un vol à l’arme blanche survenu au Dépanneur Madoc, jeudi en après-midi, à Saint-Honoré.


Un individu cagoulé est entré dans le dépanneur de la bannière Maestro, situé au 1331 route Madoc, à l’angle du chemin des Ruisseaux, vers 15 h 45. Le commis, âgé d’une vingtaine d’années, n’a offert aucune résistance et a laissé le contenu du tiroir-caisse au voleur, a rapporté Daniel Cyr, propriétaire du dépanneur, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.


Un individu cagoulé a perpétré un vol à l’arme blanche, mercredi en après-midi, au Dépanneur Madoc, à Saint-Honoré. Les policiers de la Sûreté du Québec ratissent le secteur à la recherche du suspect, dont le vol a été capté par les caméras de surveillance du commerce.

« Il n’a pas été blessé, mais il est quand même nerveux », a laissé tomber le propriétaire, pour qui il s’agit d’un premier vol à main armée à survenir dans son commerce en 28 ans. 

M. Cyr avait bon espoir que le malfaiteur, qui a dérobé quelques centaines de dollars, soit rapidement retrouvé. « On a un bon système de caméras et on a une bonne description », a-t-il ajouté.

Les caméras de surveillance du commerce montrent un véhicule, qui semble être un Honda CR-V 2003, s’arrêter devant le dépanneur, possiblement conduit par une femme, pour y déposer le suspect, a rapporté le propriétaire. On voit ensuite le jeune homme, qui semblait être âgé de moins de 20 ans, enfiler une cagoule avant de pénétrer dans le dépanneur. L’individu a ensuite pris la fuite à pied.

Daniel Cyr tenait à souligner le travail des policiers et des enquêteurs de la SQ, qui sont intervenus rapidement. Les policiers ont ratissé le secteur, sans succès, après les événements. L’enquête se poursuit et aucune arrestation n’avait été réalisée, en fin de soirée, a-t-on indiqué à la Sûreté du Québec.

Le propriétaire du Dépanneur Madoc, Daniel Cyr, observe ici l’enregistrement des caméras de surveillance de son commerce, avec une policière de la Sûreté du Québec.