Le docteur Lionel Dignowity Gonzales en entrevue avec notre collègue Patricia Rainville du Quotidien.

Victime d'une sortie de piste mortelle, Dr Lionel Dignowity Gonzales était passionné de motoneige

Le docteur Lionel Dignowity Gonzales, qui s'est tué en fin de semaine sur les sentiers de motoneige de Saint-Félix d'Otis, était un passionné de ce loisir motorisé. Il y a deux mois à peine, dans le cadre d'une entrevue accordée à notre collègue Patricia Rainville, le plasticien de 44 ans, originaire du Mexique, affirmait avoir découvert cette nouvelle passion l'an dernier, et ajoutait avoir hâte d'enfourcher son bolide dès l'apparition de la neige.
« J'ai découvert la motoneige l'hiver dernier. J'ai eu un véritable coup de foudre et j'ai déjà hâte que la neige arrive! » confiait en riant le chirurgien, à notre collègue. L'homme des pays chauds disait avoir eu un peu de difficulté à s'habituer à l'hiver québécois et avait ajouté : « Il fallait que je trouve un moyen de m'y faire et d'apprécier la neige. Je trouvais les hivers interminables. Deux amis m'ont proposé la motoneige, mais j'étais hésitant, puisque j'adore la vitesse et les engins motorisés. Je n'ai pas de moto parce que je me connais, je sais que je suis attiré par la vitesse. Alors j'avais un peu peur de monter sur une motoneige. » Devant l'insistance de ses amis, le chirurgien s'est laissé tenter : « J'ai eu la piqûre instantanément! Après ma balade, je suis immédiatement allé m'acheter une motoneige! Ça m'a réconcilié avec vos hivers et avec la neige. J'attends impatiemment les premiers flocons », avait confié le médecin qui avait adoré ses promenades en motoneige sur les monts Valin.
« En plus d'aimer la vitesse, j'aime beaucoup les paysages et ici, je suis servi », avait-il conclu.
Selon la Sûreté du Québec, le motoneigiste a percuté un arbre après avoir été éjecté de son véhicule à la sortie d'une courbe. Ses compagnons ont tenté des manoeuvres de réanimation, mais sa mort a été constatée à l'hôpital de Chicoutimi.