Le véhicule de l’ancien militaire de Bagotville était passé sur trois terrains avant de terminer sa course contre un véhicule stationné sur la rue des Cèdres, à Chicoutimi.

Véhicule embouti en mai: une amende de 3000$

Le conducteur ivre qui a embouti un véhicule stationné sur la rue des Cèdres à Chicoutimi, en mai, écope d’une amende de 3000 $ et d’une interdiction de conduire d’une année.

Un ex-militaire des Forces armées canadiennes avait semé tout un émoi, le 8 mai dernier, lorsqu’il s’est endormi derrière le volant de son véhicule. Après être passé sur trois terrains privés, l’homme de 43 ans a terminé sa course en emboutissant un véhicule stationné.

Rapidement, des citoyens avaient communiqué avec les patrouilleurs du Service de police de Saguenay (SPS) pour leur faire part de la situation.

Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a expliqué au tribunal qu’à l’arrivée des agents, le conducteur, appuyé contre son véhicule, avait le regard vide, fixait le sol et ne regardait pas les policiers qui arrivaient en sa direction.

L’individu a été arrêté vers 23 h 23 et a été amené au Quartier général du SPS pour subir les tests d’ivressomètre. Il a soufflé des taux de .210 et de .200. Il a offert sa collaboration aux agents. Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, l’autorise à obtenir un appareil éthylométrique dans son véhicule dès que la Société de l’assurance-automobile du Québec (SAAQ) lui aura donné l’autorisation.

En raison des taux enregistrés (plus de .160), la nouvelle réglementation prévoit que l’amende minimale est de 2000 $. Le fait qu’il ait été impliqué dans un accident matériel, cela a fait monter l’amende à 3000 $, une offre du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) que l’accusé a rapidement acceptée.

Sans nécessairement s’en servir comme excuse, l’homme, qui s’est représenté seul, a précisé avoir subi un choc post-traumatique après des missions en Afghanistan et à Haïti.

« Ce soir-là, j’étais en crise. Je suis suivi pour un choc post-traumatique. Je ne consommais pas d’alcool lorsque j’ai fait les missions vers 2009. Mais je peux vous dire que c’est maintenant terminé l’alcool pour moi. J’ai eu une rechute et vous n’avez pas à vous inquiéter pour ma conduite automobile dans l’avenir », a précisé l’ex-militaire, qui a plaidé coupable à la première occasion.

autre cas

D’autre part, un autre conducteur automobile a été condamné pour une des facultés affaiblies après qu’il soit passé au travers d’une clôture. L’homme a arrêté sa course quelques centaines de mètres plus loin. Un citoyen a communiqué avec les policiers.

L’individu a soufflé un taux de .187 et a été condamné à une amende de 2300 $ et à une interdiction de conduire d’une année.