Foulard Burberry, bottes à talons hauts et sacoche chic, Françoise Giroux est à des années-lumière du profil usuel du troll qui sévit sur les réseaux sociaux.

Une troll en talons hauts

Tout en mangeant sa salade, sur l’heure du dîner, Françoise Giroux, 62 ans, écrivait des commentaires violents contre les musulmans.

Foulard Burberry, bottes à talons hauts et sacoche chic, Françoise Giroux est à des années-lumière du profil usuel du troll qui sévit sur les réseaux sociaux.

La dame était secrétaire médicale dans un hôpital. Les midis de Françoise Giroux, femme discrète et solitaire, sont longs et ennuyeux.

En avril 2016, elle se met à écrire des commentaires sur un forum de discussions anti-musulman, basé en Europe. Françoise Giroux réagit à différents articles d’actualité internationale. La dame a étudié en littérature française; ses phrases sont bien construites, sans fautes, incisives.

«Il est temps de les exterminer.» «Un accident, c’est si vite arrivé; le feu, paraît que ça nettoie.» «Il faut gazer les musulmans. Un petit vol en rase-motte et voilà, problème réglé.» «On va tous les éliminer. Ça prendra le temps que ça prendra, mais on ne lâchera pas.»

En neuf mois, Françoise Giroux a fait 19 commentaires haineux. Ses derniers commentaires ont été écrits quelques jours avant la tuerie à la Grande Mosquée de Québec qui a fait six morts.

Les propos haineux ont été repérés plusieurs mois plus tard, lorsqu’une femme musulmane de Québec, qui avait déjà travaillé avec Françoise Giroux, a vu son propre nom dans les écrits de son ex-collègue en faisant une recherche sur Internet.

Françoise Giroux écrivait sous le pseudonyme de «Frank Giroux». Mais lorsque les policiers de la Sûreté du Québec sont venus la rencontrer, elle a tout avoué et fourni son ordinateur et son mot de passe. Après avoir été accusée en janvier 2018, elle a plaidé coupable cet automne à une accusation d’incitation publique à la haine.

La juge Johanne Roy de la Cour du Québec a écouté sans broncher le résumé des faits de la procureure de la Couronne MGeneviève Lacroix.

Elle a ensuite entendu l’accusée dire qu’elle regrettait aujourd’hui ses propos. «Mon langage était exagéré, mais j’ai utilisé le langage que tout le monde utilisait sur le site, s’est toutefois défendu Françoise Giroux. Je ne pensais pas que des gens d’ici liraient des sites européens.»

La juge Roy a ensuite longuement regardé l’accusée. «Êtes-vous en mesure de comprendre comment des propos autant empreints de haine et de violence ont pu sortir de votre esprit?» a demandé la juge, d’une voix glaciale.

Françoise Giroux n’avait pas d’autre explication que celle d’avoir été choquée par certains articles. «C’était plus un mouvement de mouton que d’autre chose, ce n’était pas réfléchi», a dit l’accusée.

L’agent de probation qui a rencontré Françoise Giroux après son plaidoyer de culpabilité soumet d’autres pistes d’explication, comme la fermeture d’esprit de l’accusée, liée à son isolement social.

La juge a accepté la demande de l’avocat de la défense Me Jean-Claude Gingras d’accorder à sa cliente une absolution conditionnelle à l’exécution de 100 heures de travaux communautaires.