Jean Demaître (au centre) a l’impression de sortir d’un calvaire à la suite de ces longues procédures judiciaires d’où il a été acquitté. « Je suis content que la population reconnaisse que je ne suis aucunement responsable », a-t-il commenté brièvement, flanqué de son avocat Me Gaétan Bourassa (à droite). À gauche, on aperçoit Me Guy Poupart, l'avocat de Richard Labrie (à l'arrière-plan).

Une pensée pour les gens de Lac-Mégantic

Outre l’immense soulagement d’être acquittés des accusations criminelles qui pesaient contre eux depuis 2014, Richard Labrie, Jean Demaître et Thomas Harding ont eu une grande pensée pour la population et les 47 victimes de Lac-Mégantic.

C’est avec une grande émotion et les larmes aux yeux que Richard Labrie s’est adressé aux gens de Lac-Mégantic à la sortie du tribunal en compagnie de sa fille qui l’a accompagné tout au long du procès qui a débuté le 2 octobre 2017.

« Aux 47 victimes et à tous les gens de Lac-Mégantic, j’espère que vous avez eu les réponses que vous demandiez avec ce procès-là. Même si je n’ai pas parlé au cours du procès j’ai toujours pensé à vous autres », signale Richard Labrie.

Il a souligné le courage, l’entraide et la résilience de la population de Lac-Mégantic.

« Ça été dur, ça été long, mais maintenant c’est terminé. J’espère que l’on pourra facilement tourner la page et retourner dans notre anonymat d’avant le 5 juillet 2013 », estime Richard Labrie qui a souligné le travail de ses avocats Me Sara Tricoche et Me Guy Poupart.

L’avocat de Thomas Harding, Me Thomas Walsh signale que son client gardera toujours une responsabilité morale de ces tristes événements.

« J’ai de l’admiration pour Thomas Harding concernant la façon qu’il a porté ces accusations sur ses épaules. Il ne peut faire autrement que rester très marqué par cette expérience », estime Me Walsh.

Énorme pression

Me Walsh soutient que son client se sent maintenant libéré d’une énorme pression.

« Je pense qu’il est très soulagé. Ce chapitre-là était le plus important et il est content de mettre ça derrière lui. Il peut tourner la page sur ce chapitre, mais il doit maintenant affronter les accusations fédérales et la poursuite civile », soutient Me Walsh, qui défendait Thomas Harding.

Jean Demaître a l’impression de sortir d’un calvaire à la suite de ces longues procédures judiciaires d’où il a été acquitté.

« Je suis content que la population reconnaisse que je ne suis aucunement responsable », a commenté brièvement Jean Demaître.

Son avocat Me Gaétan Bourassa estime que son client pourra passer à une autre étape après ce verdict.

« Nous avons une grande pensée pour les victimes et ce qui s’est passé. Ça n’effacera rien, mais la décision a été extrêmement bien réfléchie. Nous avons eu un jury attentif qui a pris neuf jours de délibérations. C’est une cause qui était très émotive », estime Me Bourassa.

« La négligence criminelle est un concept assez flou. On essaye d’interpréter la pensée à travers les faits et gestes. C’est complexe », ajoute l’avocat de Jean Demaître.

La procureure aux poursuites criminelles Me Véronique Beauchamp, qui parlait au nom de ses collègues Me Sacha Blais, Me Jasmine Guillaume et Me Marie-Ève Phaneuf, a adressé des mots de sympathie à l’endroit de la population de Lac-Mégantic.

« Nous avons une pensée pour les familles. Un procès n’est pas un processus facile pour les proches et pour les familles. On espère qu’ils auront la sérénité requise », a mentionné Me Beauchamp qui a souligné le travail des enquêteurs de la Sûreté du Québec dans le dossier.

Elle a aussi remercié le travail des jurés qui ont délibéré pendant neuf jours.