Une vingtaine de pompiers ont combattu le brasier, qui a ravagé la maison de la rue Vimy à Chicoutimi-Nord.

Une maison et une garderie ravagées

Un incendie a complètement ravagé une maison située au 3100, rue Vimy à Chicoutimi-Nord, mardi matin. Personne ne se trouvait à l’intérieur de la maison, qui abritait la garderie en milieu familial ExploraZoo. Les occupants étaient alors au centre d’amusement Savana de Chicoutimi.

Les services d’urgence ont reçu l’appel à 9 h 32. Des citoyens ont d’abord alerté les policiers quand ils ont aperçu qu’un imposant panache de fumée se dégageait du bâtiment. Au total, une vingtaine de pompiers ont été mis à contribution. Il est bon de préciser qu’aucune personne n’a été blessée ou incommodée. 

Vers 15 h 30, deux équipes se trouvaient toujours sur place afin de procéder à l’extinction des derniers foyers d’incendie.

« La première caserne arrivée sur place a constaté que c’était un embrasement général, a décrit le chef aux opérations du Service de sécurité incendie, Éric Lemay, lors d’une entrevue téléphonique en après-midi. Une équipe de deux hommes a tout de même essayé d’entrer, ce qui s’est avéré difficile, compte tenu de l’embrasement général. On est passé en mode défensif et entre-temps, on a eu la confirmation que personne ne se trouvait à l’intérieur. »

Des animaux de compagnie ont malheureusement péri dans le sinistre. La maison d’un étage et demi s’est effondrée par l’intérieur, a expliqué M. Lemay, ce qui a compliqué les opérations, en plus des vents. Trois camions-citernes ont été nécessaires parce que la borne-fontaine la plus proche était située à une certaine distance de la maison en flammes. Le chef aux opérations a précisé que celle-ci était malgré tout accessible et fonctionnelle.

Des enquêteurs du Service incendie et de la Sécurité publique de Saguenay se sont rendus sur place pour faire la lumière sur les circonstances exactes de l’incendie. Ils s’affairaient à interroger le propriétaire de la maison, au moment de l’entrevue.

« Il n’y a rien qui peut nous laisser croire que ça peut être un incendie suspect, a indiqué Éric Lemay. Les enquêteurs vont faire leur travail avant de donner les résultats. On n’a rien trouvé qui peut nous donner une piste. »

Une amie lance un appel à la mobilisation

Audrey Houle sait exactement ce que vit la famille jetée à la rue à la suite de l’incendie de mardi. L’amie du couple a elle-même perdu sa maison il y a trois ans presque jour pour jour dans les mêmes circonstances. En apprenant la nouvelle, elle a aussitôt lancé un appel à tous, invitant la population à faire preuve de générosité dans ces circonstances difficiles à quelques semaines de Noël. 

Elle aussi propriétaire d’une garderie en milieu familial, Mme Houle et sa famille avaient pris un certain temps avant de retomber sur leurs pattes, mais notamment grâce au soutien de la communauté, tout était finalement rentré dans l’ordre. 

« Je sais que les gens sont généreux et je sais ce dont on a besoin dans ce genre d’épreuve, donc je voulais vraiment rendre la pareille, a réagi Audrey Houle lors d’un entretien avec Le Quotidien. Ils ont besoin d’argent et de vêtements parce que je sais que ça peut parfois être long avec les assurances. J’ai voulu mobiliser tout le monde pour les aider, afin que ce soit le moins difficile possible à l’approche des Fêtes. »

Ayant fait face à ces mêmes circonstances tragiques, Mme Houle a pu être témoin de la gentillesse de la population il y a trois ans. Elle n’est donc pas inquiète que celle-ci démontre de nouveau de l’empathie. Elle rappelle que six enfants et deux adultes se retrouvent soudainement sans logis. Le couple touché a trois enfants, dont deux vivent toujours au domicile familial, en plus d’avoir au moins quatre enfants à sa charge puisqu’il est accrédité famille d’accueil par le centre jeunesse.

De plus, jusqu’à mardi, la conjointe et le conjoint étaient propriétaires d’une garderie en milieu familial, accréditée par le Bureau coordonnateur de la garde en milieu familial du Grand Chicoutimi. Ils accueillaient neuf enfants chaque jour.

« On ne s’imagine pas à quel point les gens sont généreux, mais ils le sont vraiment beaucoup », a fait remarquer Audrey Houle.

Bien sûr, le sinistre de mardi a brassé de vieux souvenirs dans la tête d’Audrey Houle. 

Le 5 décembre 2014, sa maison était une perte totale quand un incendie se déclarait au milieu de la nuit. 

« Ça m’a remémoré plusieurs mauvais souvenirs lorsque j’ai vu ça », a convenu Mme Houle.

Les gens intéressés à faire des dons peuvent le faire en communiquant avec Audrey Houle sur Facebook.