Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont mené une opération planifiée de contrôle routier entre 16h45 et 21h30.

Une dame refuse de souffler dans l'alcootest

Une dame dans la cinquantaine a refusé de se soumettre au test d'ivressomètre, mercredi, lors d'un barrage routier sur la rue Saint-Dominique, près du camping Jonquière.
Le refus de se soumettre à un test d'alcoolémie est aussi gravement sanctionné que le fait de conduire avec un taux d'alcoolémie dépassant la limite permise.
Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont mené une opération planifiée de contrôle routier entre 16h45 et 21h30, en collaboration avec les contrôleurs routiers de la SAAQ. Quelque 600 véhicules ont été vérifiés. Deux conducteurs ont reçu des avis de vérification mécanique.
«Il va y avoir d'autres opérations de ce type dans les prochains mois. En fait, chaque semaine, on en fait sur les quarts de travail normaux», a mentionné le sergent Stéphane Martel, rencontré sur les lieux.
Mercredi, les policiers avaient choisi cet endroit de manière stratégique, puisque le beau temps avait incité de nombreux citoyens à se rendre à la plage du camping Jonquière. «Nous remarquons que plusieurs personnes ont recours à un conducteur désigné», a souligné le sergent Martel.
Rappelons que Saguenay est arrivé au peu enviable premier rang des régions métropolitaines de recensement en 2015 pour le taux de conduite avec les facultés affaiblies.
En 2015, il y a eu 217 cas de facultés affaiblies déclarées par la police (incluant l'alcool et les drogues) par tranche de 100 000 habitants pour la RMR de Saguenay. La moyenne provinciale s'élève à 184.