Une chance pour un jeune accusé

Parce qu’il croit au potentiel d’un jeune accusé de 20 ans, le juge Pierre Lortie a décidé de lui donner la chance de reprendre le droit chemin, vendredi. Lors de sa comparution, il a exigé qu’un suivi de sa scolarité soit fait après sa peine de détention.

« Je pense qu’il est récupérable, ce jeune-là», a déclaré le juge de la Cour du Québec après que l’accusé ait décidé de plaider coupable à deux manquements alors qu’il était mineur et à une accusation de fuite, pour un événement survenu dans la nuit de mercredi à jeudi.

À ce moment, il circulait dans un côte-à-côte volé en direction de Saint-Honoré et des policiers le suivaient sans gyrophares. Le jeune roulait très vite en effectuant des manœuvres dangereuses. Il a perdu le contrôle à la suite d’un dépassement. Il s’est alors détaché du VTT avant de se coucher au sol, où les policiers ont pu l’interpeller. Il a par la suite fait une déclaration incriminante, avouant qu’il avait vu les policiers le suivre, que l’engin était volé et qu’il l’avait acheté d’un ami.

La représentante du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Marianne Girard, et l’avocate de la défense, Me Gitane Smith, ont suggéré quatre mois de détention au juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Même si cela ne faisait pas partie de la suggestion commune des avocates, le juge a exigé que le jeune fasse l’objet d’un suivi à la fin de sa période de détention. «Je pense qu’il a un potentiel. C’est un jeune poli, respectueux. C’est un encadrement pour lui venir en aide, et non dans un but punitif», a mentionné le juge avant d’ajouter: «Tu es un bon jeune homme, mais tu dois mettre tes priorités à la bonne place et apprendre que tes gestes ont des conséquences», en s’adressant à l’accusé.