L'accusé a fracassé une bouteille de bière et s'est attaqué à sa belle-soeur.

Une belle-soeur attaquée avec une bouteille cassée

Jesse Ellis, un individu de 18 ans, pourrait bien devoir faire une croix sur la générosité de sa belle-soeur. Le jeune homme a pété les plombs dans la nuit de mercredi à jeudi.
Le client de Me Gitane Smith, de l'Aide juridique, a vu son client comparaître devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, jeudi après-midi. Il est accusé de voies de fait, de voies de fait causant des lésions, de voies de fait armées, de menaces, de méfait (bris d'une chaise) et de bris de probation.
L'homme, qui possède des antécédents judiciaires au Tribunal de la jeunesse et aux adultes, a été envoyé à l'hôpital de Chicoutimi pour y subir une évaluation de sa responsabilité criminelle.
« Mon client est apte à comparaître, surtout que le médecin lui a donné son congé de l'hôpital. Mais nous voulons vérifier sa responsabilité criminelle, car il est apparu perturbé », de dire Me Smith.
Hébergé
Vers 2h jeudi matin, Ellis est hébergé chez une membre de la famille de son amie de coeur sur la rue Hôtel-Dieu, à Chicoutimi. Intoxiqué, il se serait énervé.
« Il a fracassé une bouteille de bière et s'est attaqué à sa belle-soeur. Il l'a ensuite agressée afin de l'empêcher de contacter les policiers », a expliqué Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay.
« La dame a tout de même été en mesure de se sauver de la résidence et s'est réfugiée chez un voisin. Elle a pu communiquer avec les agents. À leur arrivée, l'individu était parti. Mais nos patrouilleurs ont été en mesure de le retracer rapidement derrière le bar La Petite Grenouille », d'ajouter M. Cormier.
Selon les informations obtenues, Ellis aurait brisé la bouteille de bière et se serait avancé vers la victime. Il l'aurait blessée légèrement à la main.
L'accusé aurait aussi étranglé la femme afin de l'empêcher de communiquer avec les secours.
La comparution de l'individu a été relativement brève au Palais de justice de Chicoutimi. Il doit revenir devant le tribunal le 2 mars.