Le dossier de Michel Girard, 48 ans, compte dix antécédents de conduite avec les facultés affaiblies.

Une 11e accusation de conduite avec les facultés affaiblies

Michel Girard est accusé d'avoir conduit à deux reprises un véhicule alors qu'il avait les facultés affaiblies par l'alcool et qu'il était sous une interdiction de conduire à vie, le 1er janvier, à Saguenay. Le Chicoutimien de 48 ans est un multirécidiviste au dossier bien garni.
Son dossier criminel renferme 10 antécédents en semblable matière.L'individu, qui a été arrêté le soir du 1er janvier, vers 20 h 40, a comparu brièvement mercredi matin, devant la juge Sonia Rouleau. Vêtu d'un chandail à manches courtes blanc et affichant un air sérieux, Michel Girard est demeuré discret, saluant poliment la première magistrate et répondant par l'affirmative à ses questions.
Le multirécidiviste était représenté par Me Olivier Théorêt, en défense. Michel Girard n'a enregistré aucun plaidoyer en lien avec les cinq chefs d'accusation auxquels il fait face. Il est accusé d'avoir conduit avec les facultés affaiblies à deux reprises le 1er janvier, d'avoir conduit malgré deux interdictions de conduire et d'avoir conduit avec un taux supérieur à 0,08 milligramme d'alcool par 100 ml de sang.«Nous avons deux accusations de conduite avec les facultés affaiblies, car on a une première période, vers 17 h, où des témoins ont vu l'homme conduire avec les facultés affaiblies. Puis, on a une deuxième période de conduite vers 20 h 40 avec arrestation et la prise d'échantillon sanguin, d'où l'accusation avec un taux supérieur à la limite», a détaillé la procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon.
«Les interdictions de conduire remontent à 2007 et à 2011. Il a 10 antécédents de conduite avec les facultés affaiblies. S'il y a une condamnation, on peut donc s'attendre à un emprisonnement à long terme», a-t-elle ajouté. Selon les informations policières au moment de l'arrestation de Michel Girard, le taux d'alcoolémie de l'accusé dépassait de plus de trois fois la limite permise d'alcool dans le sang.
L'accusé reste détenu
Mercredi, la Couronne s'est opposée à la remise en liberté de l'homme de 48 ans. L'individu, dont les premiers antécédents en cette matière remontent à 1993, demeurera détenu jusqu'à son enquête sur remise en liberté, qui aura lieu le 10 janvier au Palais de justice de Chicoutimi.
Par ailleurs, Michel Girard ne pourra communiquer avec les témoins de cette affaire.«Je ne peux davantage commenter la preuve, car elle ne m'a été communiquée que ce matin, a dit son avocat, Me Olivier Théorêt. Il sait qu'il a une problématique et veut la régler. Il souhaite enfin régler sa problématique d'alcool. Il est conscient qu'il pourrait écoper d'une longue peine s'il est reconnu coupable.»
Aux dires de Me Théorêt, une thérapie fermée de six mois est fortement envisagée.La dernière fois qu'il a été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies, en 2011, Michel Girard avait écopé 47 mois de détention, en plus d'une interdiction de conduire à vie.