Un voleur évite le pénitencier

Le Jonquiérois Dany Larocque écope d’une sentence de 15 mois de détention pour deux vols qualifiés, le vol d’un sac de pourboire, des menaces et des bris d’engagement. La peine aurait pu être beaucoup plus sévère.

Larocque est cet individu qui avait dérobé 200 $ à une vieille dame au guichet automatique de la Caisse Desjardins située à l’intérieur du Faubourg Sagamie, à Jonquière. Il avait même été jusqu’à bousculer la dame afin de lui arracher le butin.

Au moment de plaider coupable, Larocque était parvenu à émouvoir le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, et le procureur de la Couronne, Me Michael Bourget.

Il les avait convaincus qu’il s’était repris en main et qu’une thérapie en société d’une durée de six mois serait la meilleure des choses. Même le représentant du ministère public avait accepté cette solution plutôt que d’envoyer l’accusé derrière les barreaux. C’était le 4 juillet 2018.

Dany Larocque devra rester derrière les barreaux pour encore plusieurs jours.

Le magistrat avait convenu de remettre sa décision finale au 18 juillet, le temps que Me Marie-Ève St-Cyr trouve la thérapie.

Mais le 16 juillet, les agents du Service de police de Saguenay sont appelés sur les lieux d’un vol qualifié. Rapidement, ils parviennent à identifier l’auteur du vol et il s’agit de Dany Larocque.

Mercredi, l’individu de 39 ans a réglé ses dossiers. Comme il a purgé quatre mois de détention, il lui reste 11 mois à faire pour payer sa dette à la société.

« Vous êtes chanceux que les deux procureurs me soumettent une suggestion commune, car en ce qui me concerne, j’avais plutôt songé à une peine de pénitencier (plus de deux ans) », a indiqué le juge Boudreault.

Larocque se trouvera sous probation durant deux ans à sa sortie du centre de détention et ne pourra consommer de stupéfiants, car c’est la drogue qui l’a mené à voler et à se retrouver derrière les verrous.