Benoît Saint-Pierre, un homme au lourd passé criminel, fait face à un seul chef d’accusation.

Un voleur en série comparaît

Benoît Saint-Pierre, un individu de 43 ans qui a deux longues peines de pénitencier à son actif pour des vols commis au début des années 2000, est soupçonné d’être l’auteur de la série d’introductions par effraction perpétrées à Chicoutimi au cours des derniers mois. Celui qui a brièvement comparu au Palais de justice de Chicoutimi, mercredi, fait face, pour l’instant, à un seul chef d’introduction par effraction commise sur la rue des Roitelets, mais la Couronne a déjà annoncé que d’autres accusations seront portées d’ici la semaine prochaine. Saint-Pierre, un homme au gabarit imposant, reste détenu.

Benoît Saint-Pierre a été arrêté mardi soir, vers 19 h, par les policiers de la section des projets spéciaux et les enquêtes criminelles du Service de police de Saguenay. Il a été appréhendé chez lui, sur le boulevard Tadoussac à Chicoutimi-Nord, dans le secteur même où une quinzaine d’introductions par effraction ont été commises au cours des deux derniers mois.

L’homme a passé la nuit derrière les barreaux et il a été conduit par les patrouilleurs au Palais de justice de Chicoutimi, mercredi matin, où il a comparu devant le juge de la Cour du Québec Paul Guimond. 

Pour l’instant, l’accusé ne fait face qu’à un seul chef, mais la procureure de la poursuite, Me Marie-Christine Savard, a déjà annoncé que d’autres accusations seront portées d’ici le retour en cour de l’accusé, fixé au 17 décembre. 

La poursuite s’est également opposée à sa remise en liberté.

Saint-Pierre a plaidé non coupable et son avocat, Me Charles Cantin, prendra le temps d’examiner la preuve du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). 

Selon les policiers, l’homme serait également l’auteur des introductions par effraction du secteur nord, en plus des deux introductions par effraction survenues mardi matin, entre 9 h 50 et 10 h 50, sur la rue des Roitelets, à Chicoutimi. 

La porte de chacune des résidences avait été défoncée et le voleur était reparti avec des bijoux et du matériel électronique.

Un lourd passé

Saint-Pierre est loin d’en être à sa première présence devant les tribunaux. En 2006, il avait écopé d’une peine de 11 ans de pénitencier, pour une série de vols commis à Chicoutimi, dont certains à la pointe d’un couteau ou armé de pinces. Il avait notamment commis un vol qualifié à la boutique de jouets Lydie de Chicoutimi-Nord, déguisé et des pinces à la main. Il était également entré par effraction dans une résidence, où il était tombé sur une dame. Il lui avait dit de se cacher durant qu’il commettait ses vols. Saint-Pierre avait 32 ans, à l’époque.

Cette série de crimes avait été perpétrée alors qu’il était en libération conditionnelle pour une première peine de huit ans de pénitencier, dont il avait écopé en 2000. Il avait pu sortir avant le terme de sa sentence.

À cette époque, il avait été reconnu coupable de plusieurs introductions par effraction et de vols qualifiés commis avec un couteau dans des dépanneurs. 

Benoît Saint-Pierre a reçu sa première peine en 1991, pour un vol, alors qu’il avait 18 ans.

L’homme a été arrêté à la suite d’une introduction par effraction commise sur la rue des Roitelets, mardi