Lawrence Gagné n’aura plus le droit de prendre l’autobus.

Un voleur banni de la STS écope de 20 mois en collectivité

Lawrence Gagné, qui s’était présenté au dépanneur Kéno de Jonquière en simulant un vol à main armée et qui avait tabassé deux chauffeurs de la Société de transports du Saguenay (STS) quelques mois plus tard, a écopé d’une peine de 20 mois à purger en collectivité. L’individu de 45 ans, qui souffre de problèmes psychiatriques, devra rester dans un foyer où il sera encadré et soigné.

Lawrence Gagné a plusieurs antécédents judiciaires, mais depuis 2014, l’homme n’avait pas été vu au Palais de justice de Chicoutimi. 

Après plusieurs années durant lesquelles il s’est tenu tranquille, voilà qu’en septembre dernier, l’homme à la forte stature s’est présenté au dépanneur Kéno, situé sur la rue Sainte-Famille à Jonquière. Il était environ minuit lorsqu’il a dit au commis : « Attention, c’est un hold-up ! » 

Le commis lui a alors demandé s’il était sérieux, et Lawrence Gagné, qui avait une main dans la poche, lui a répondu par l’affirmative. 

Le jeune commis n’a pas pris de risque et lui a remis le contenu du tiroir-caisse, soit environ 160 $. Gagné a pris la poudre d’escampette, mais il a vite été arrêté grâce à la description du commis et d’une autre employée. 

L’homme avait également été filmé par les caméras de surveillance.

L’individu était en liberté sous condition en attente de son procès lorsqu’il a été épinglé en janvier, après s’en être pris à deux chauffeurs d’autobus de la STS.

Lawrence Gagné est monté à bord d’un autobus, mais son laissez-passer mensuel était échu. Le conducteur l’a laissé monter jusqu’au terminus. Une fois arrivé, Gagné a tenté de monter à bord d’un autre autobus, mais le chauffeur, qui l’avait fait monter une première fois gratuitement, lui a expliqué que ce n’était pas possible. 

Gagné n’aurait pas apprécié cette explication. Il s’en est pris physiquement au chauffeur en le rouant de coups. Un deuxième chauffeur est intervenu, puis Lawrence Gagné l’a frappé à son tour. Heureusement, personne n’a été blessé.

Gagné plaide coupable

Lundi, Lawrence Gagné, qui faisait face à des accusations de vol, de voies de fait et de bris de condition, a plaidé coupable. Initialement, Gagné devait répondre à une accusation de vol qualifié, mais cette accusation a été réduite à une accusation de vol, puisqu’il n’y avait pas d’arme d’impliquée.

« Il faut savoir que mon client souffre de problèmes psychiatriques. Il y a d’ailleurs eu une ordonnance de la Cour supérieure pour qu’il reçoive un traitement en psychiatrie durant trois ans. Il est d’ailleurs placé dans un foyer. M. Gagné a vécu une désorganisation durant ces derniers mois, mais il est présentement très collaboratif », a expliqué Me Julien Boulianne.

« En raison de sa collaboration et de son encadrement, une peine en collectivité correspond à la situation de monsieur, surtout parce qu’il est dans un foyer encadré », a ajouté la procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon.

La suggestion commune d’une peine de 20 mois en collectivité a été acceptée par le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Parmi ses conditions lorsque sa peine sera terminée, Gagné ne pourra pas prendre l’autobus de la STS, puisque les deux chauffeurs en ont fait la demande.