Adrien Bouchard conduisait cette camionnette noire, avant d’être percuté de côté.

Un verdict le 13 juillet pour Adrien Bouchard

Le sort d’Adrien Bouchard, un octogénaire originaire de Saint-Nazaire, sera connu le 13 juillet. Le juge de la Cour du Québec, Pierre Lortie, rendra son verdict à propos du dossier de faculté affaiblie causant des lésions corporelles. Les plaidoiries des deux avocats ont été entendues lundi après-midi.

Les faits remontent au 18 mai 2013, alors que Bouchard a essayé de traverser les quatre voies de la route 172 en quittant une entrée privée pour se rendre dans le petit rang 3 à Saint-Nazaire. Il a été percuté de côté par une Chevrolet Cruze qui arrivait de sa droite.

La conductrice et sa passagère ont été blessées dans cette collision. La première a eu des vertèbres écrasées, une commotion cérébrale ainsi qu’une fracture du bassin. Adrien Bouchard a aussi été blessé lors de cet accident.

Alcool et vitesse
L’homme soutient n’avoir rien vu. Il avait consommé quelques bières chez un ami durant l’après-midi et c’est en essayant de retourner chez lui que l’accident est survenu, vers 17 h 45.

La conductrice et sa passagère,qui prenaient place dans cette voiture, ont été blessées dans cette collision.

Selon la défense, la responsabilité de cet accident n’est pas seulement attribuable au taux d’alcoolémie élevé de son client. L’autre voiture impliquée roulait à une vitesse frôlant les 135 km/h. La limite de vitesse sur cette route est de 90 km/h.

« La dame roulait 46 km/h au-dessus de la limite permise. Elle était sur la limite d’un grand excès de vitesse. Cet accident aurait pu être évité si la vitesse avait été moins grande », soutient l’avocat de l’accusé, Me Sylvain Morissette.

Pour la Couronne, la responsabilité est imputable à Adrien Bouchard.

« Il n’est pas le seul responsable, mais il l’est tout de même », souligne Me Michaël Bourget, de la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Il souligne que l’autre véhicule roulait bel et bien trop vite, et que leur réaction s’est faite à la toute dernière seconde, mais que le haut taux d’alcool dans le sang de Bouchard est une des causes certaines de l’accident.

L’homme est près d’une trentième apparition devant la Cour pour ce dossier.