Me Marie Sirois, du DPCP, a réglé un autre dossier de l’opération NOCIF en obtenant une sentence de 42 mois de détention contre Steeves Gauthier.

Un trafiquant prend sa retraite

En prenant le chemin du pénitencier pour une période de 42 mois, Steeves Gauthier a annoncé officiellement au tribunal et à sa conjointe qu’il prenait sa retraite du monde des stupéfiants.

L’individu de 35 ans s’est présenté, vendredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, afin de prendre connaissance de la suggestion commune de Me Marie Sirois, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), et de Me Roxane Mireault, en défense.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a accepté de retrancher les cinq mois de détention préventive que l’individu a faits.

Il avait plaidé coupable à du trafic de quelques kilogrammes de cocaïne et à un complot pour le trafic de drogue. Il avait été arrêté dans le cadre de l’opération NOCIF, menée en novembre 2017.

Gauthier faisait partie de la cellule regroupant Tommy Lessard-Vaillancourt (condamné à 30 mois) et Jean-Denis Fortin-Desgagné (18 mois).

La principale tête dirigeante du réseau de trafiquants au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Hells Bernard «Ben» Plourde, a été condamné à six années de détention l’automne dernier. Gabriel Girard a été condamné à six années aussi.

L’Escouade régionale mixte (ERM) et le Service de police de Saguenay (SPS) avaient mené des perquisitions à Larouche, Saint-Honoré, Laterrière, Shipshaw, Montréal, en Montérégie et dans Lanaudière.

Les agents avaient saisi deux kilos de cocaïne, 3000 comprimés de méthamphétamine, sept armes à feu, sept véhicules, 140 000 $ en argent et une résidence.

Retraite

Questionné par le magistrat s’il existait une possibilité qu’il retombe dans le milieu de la drogue à sa sortie du pénitencier, Gauthier a été très clair.

«J’annonce ma retraite de ce milieu. J’en fais l’annonce au tribunal et à ma conjointe. Tout ce que je souhaite, c’est de m’en sortir», a exprimé Gauthier.

«Je trouve ça de valeur d’aller en prison après tous les efforts que j’ai mis à rebâtir ma vie depuis ces événements. J’avais réussi à lancer une petite compagnie, mais mon séjour en prison va tout détruire. Mais j’ai commis des erreurs dans ma vie et je dois les assumer», a poursuivi l’accusé.

Le juge Boudreault a autorisé l’accusé de donner un dernier baiser et une dernière accolade à sa conjointe avant de prendre le chemin de la détention.

Opération

Les enquêteurs au dossier avaient Gauthier dans leur mire depuis un certain temps. Il était suivi et avait été mis sous écoute.

L’individu avait été arrêté pour le vol d’une courroie chez Canadian Tire dans la région de Lanaudière et avait été pris avec une quantité de méthamphétamine et de cannabis, de même qu’une somme d’argent de 2085 $ provenant de la perpétration d’un crime.

Il avait été envoyé en thérapie afin de vaincre sa dépendance aux stupéfiants. C’est durant la thérapie qu’il a été arrêté en lien avec l’opération NOCIF.

«Mon client a été retourné en thérapie. Il l’a complétée avec succès. Il dit vouloir s’en sortir et prendra les moyens pour y arriver. Le rapport présentenciel montre que monsieur a été élevé dans le milieu criminel dès son jeune âge. Son père et son oncle y étaient», a noté Me Mireault.

«Il consommait de la kétamine et de la méthamphétamine en grande quantité. Maintenant qu’il a tout arrêté, je crois que l’on peut lui faire confiance», a poursuivi la criminaliste.

Il faut savoir que Gauthier avait été condamné à 35 mois de pénitencier en 2013, encore une fois pour du trafic de stupéfiants.

«Depuis ce temps, j’ai fait une thérapie. Je me suis aussi départi de mes mauvaises fréquentations. Je n’ai pas l’intention de replonger dans ce milieu. Je vais faire tout en mon pouvoir pour m’en sortir», a assuré Gauthier.

Le trafiquant de drogue a été le premier de son groupe à plaider coupable. Il a voulu régler son dossier le plus rapidement possible et a évité la tenue d’un procès.