Des bénévoles ont effectué des recherches à l’aide d’un véhicule sous-marin télécommandé mercredi afin de tenter de retracer Cédric Gouillart.

Un sous-marin téléguidé à la recherche d’indices

Des recherches effectuées dans le lac Kénogami à l’aide d’un véhicule sous-marin téléguidé n’ont pas permis de trouver de traces de Cédric Gouillart mercredi.

Les bénévoles Mario Gagnon, Robert Dufour et le plongeur Éric Poitras ont scruté le lac dans le secteur du barrage du Portage-des-Roches toute la matinée sans succès. Ils espéraient trouver un élément qui pourrait permettre d’élucider la disparition de l’homme de 48 ans qui a été vu pour la dernière fois le 19 mai dernier.

«Évidemment, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin, mais on espérait trouver un indice, un morceau de vêtement ou une chaussure», explique le pompier Mario Gagnon qui agit à titre de bénévole. 

«C’était déjà planifié il y a trois semaines. J’ai contacté Éric Poitras et on a entrepris les recherches mercredi matin. On le fait pour la famille, pour les aider à passer à une autre étape.»

Le véhicule sous-marin téléguidé appartient à Éric Poitras. Ce dernier plonge depuis des années. Il s’est procuré l’appareil d’une valeur d’environ 20 000$ afin de faciliter le travail lorsqu’il plonge pour des compagnies d’assurances. «Je récupère plusieurs choses sous l’eau, notamment pour les compagnies d’assurance. Elles font appel à moi pour retrouver des véhicules par exemple. »

Il s’agit de la première fois qu’il utilise l’appareil pour tenter de retrouver un corps. 

«On voit très bien le fond de l’eau, l’image est très claire. On a longé le barrage, mais on ne pouvait pas s’approcher trop près des évacuateurs», explique-t-il.

Les bénévoles Mario Gagnon et Éric Poitras expliquent à Véronique Mercier, la conjointe de Cédric Gouillart, le déroulement des recherches.