Un prof aurait touché des élèves

Un gentil professeur d’une école primaire, aux dires d’une plaignante, subit son procès pour des voies de fait sur six jeunes étudiantes après avoir mis ses mains sur les hanches, les cuisses et le dos des plaignantes.

L’enseignant de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay doit répondre à des accusations de voies de fait au Palais de justice de Chicoutimi.

L’homme n’est pas accusé d’attouchements sexuels ou de comportements inappropriés. Il est accusé d’avoir touché des enfants, ce qui peut constituer, aux yeux de la loi, des voies de fait. Les événements se sont produits notamment à l’automne 2015 et à l’hiver 2016.

Jeudi, une première victime a été entendue. Roxanne (prénom fictif) a raconté que son enseignant s’était assis à côté d’elle à plusieurs occasions dans la classe. Tout en expliquant des choses aux élèves, il a mis sa main sur sa cuisse.

« C’est arrivé à plusieurs occasions. Je ne me souviens pas du nombre de fois, mais ça a commencé en troisième année et ça s’est poursuivi en quatrième année. Je lui ai déjà demandé d’arrêter, mais il avait tout de même continué. Il m’est arrivé de lui tasser la main. Il m’a déjà pris aussi par les hanches et il lui arrivait de me chatouiller », a-t-elle précisé lors de son interrogatoire au poste de police de Saguenay.

Roxanne a qualifié son professeur de gentil et de drôle. Il n’a jamais été menaçant ou intimidant à son endroit.

En contre-interrogatoire, Me Charles Cantin a interrogé Roxanne sur un commentaire qu’elle aurait fait à sa mère. La jeune fille, âgée de 10 ans au moment des gestes, a avoué avoir dit à sa mère qu’elle ne se souvenait pas si elle avait dit au professeur d’arrêter de lui toucher.

L’histoire a éclaté au grand jour après qu’une amie de Roxanne lui ait demandé si elle était à l’aise avec les gestes du professeur. Elle avait été témoin de plusieurs gestes dans la classe. L'amie n’a jamais été touchée par l’enseignant.

Les deux jeunes filles en ont discuté avec une enseignante. Une enquête a été menée et le professeur a été suspendu avec solde dans l’attente des suites des procédures.

Le procès a été ajourné au 28 novembre. Les autres victimes et des employés de l’école devraient être entendus.