Un policier déblaie un véhicule enneigé

Un policier de Saguenay a posé deux gestes positifs lors d’une même arrestation. L’agent a sensibilisé un conducteur à l’importance de débarrasser son véhicule de la neige et de la glace qui s’y trouvaient et a lui-même déblayé le camion étant donné que l’homme avait la jambe dans le plâtre.

Lundi matin, un policier du Service de police de Saguenay (SPS) a intercepté un conducteur sur la rue Labrecque, à Chicoutimi. L’agent a remarqué que le camion était passablement trop enneigé et pouvait ainsi s’avérer un danger pour les autres usagers de la route.

Mais au moment de passer à proximité de la voiture de patrouille, certains automobilistes ont remarqué que c’est le patrouilleur qui déblayait la neige du véhicule.

« Notre policier a fait le nettoyage parce que l’homme avait une jambe dans le plâtre et avait de la difficulté à faire le tour du véhicule pour le déneiger », raconte Bruno Cormier, des relations avec les médias pour le SPS.

« Nous nous trouvons dans une période propice à ce que des plaques de glace ou de la neige se détachent des véhicules et se retrouvent sur un autre véhicule qui suit. Ça peut être dangereux. Le policier a voulu sensibiliser le conducteur », indique M. Cormier.

Code de la sécurité routière

L’agent ne lui a pas remis de billet d’infraction, mais il aurait été en droit de le faire.

L’article 498.1 du Code de sécurité routière (CSR) précise que : « Nul ne peut circuler avec un véhicule couvert de neige, de glace ou de toute autre matière pouvant s’en détacher et susceptible de présenter un danger pour les usagers de la route. »

Le CSR prévoit une contravention de 60 $, plus les frais, au conducteur fautif.

« Un policier peut même exiger d’un conducteur qu’il nettoie ses phares, feux et réflecteurs du véhicule, lorsque l’état de saleté ou une matière obstruante en diminue l’efficacité. C’est aussi passible d’une infraction de 60 $, plus les frais », a ajouté M. Cormier.