La motoneige est demeurée sous le camion, alors que le motoneigiste a été éjecté.

Un motoneigiste happé par un F-350 gravement blessé à Jonquière

Un motoneigiste de 37 ans de Saint-Gédéon a subi de multiples fractures alors qu’il a été happé par un camion F-350 au moment où il traversait le rang Saint-Benoît, à Jonquière.

L’accident est survenu à 15h50 un peu avant le centre de ski Le Norvégien.

Le motoneigiste, qui était accompagné par au moins une autre motoneige, a été transporté à l’hôpital de Chicoutimi. «Il était en salle d’opération, a raconté en fin de soirée le lieutenant Denis Harvey du Service de police de Saguenay (SPS). Il a eu des fractures importantes aux jambes, dont celle qui a subi l’impact. Mais on ne craint pas pour sa vie.»

Selon les premières indications, l’accident aurait résulté «d’une distraction», a indiqué le lieutenant. Rencontré sur place, le porte-parole de la SPS, Bruno Cormier, mentionnait qu’il était possible que l’aveuglement ait joué un rôle, car la piste faisait face au soleil à ce moment à l’endroit où elle croise le rang Saint-Benoît.

«Je ne l’ai jamais vu, a commencé par raconter le conducteur du F-350 rencontré sur place. Ce sont mes ballons gonflables latéraux qui ont ouvert. Je ne voyais plus rien, je n’avais plus de frein ni de conduite.»

La motoneige est demeurée sous le camion, alors que le motoneigiste a été éjecté.

Après avoir happé la motoneige, il a continué son chemin sur quelque 150-200 mètres avant de s’immobiliser dans la neige, au bas de la côte. Lors de la collision, le réservoir d’essence de la motoneige a pris feu et a été éjecté de l’engin. Le motoneigiste était également en flammes lorsqu’il se trouvait au sol.

«J’ai vu son chum qui est arrivé du sentier. Je le voyais debout et il avait l’air à le chercher», a-t-il poursuivi, en ajoutant qu’il avait contacté la centrale 911 immédiatement. 

«Quand je suis arrivé à côté, son chum était en panique. L’homme me répondait et il disait qu’il avait mal à sa jambe. On lui a remis ses mitaines et ses bottes», a-t-il raconté aussi.

Le conducteur de la camionnette habite le secteur et est donc un habitué du rang Saint-Benoît. Au moment de l’accident, les conditions étaient belles, malgré la surface enneigée. «J’espère qu’il va bien aller. Que le pick-up et que le ski-doo soient brisés, ce n’est pas bien grave», disait-il au moment de l’entrevue dans le véhicule de Bruno Cormier. 

Le lieutenant Harvey a même raconté que l’homme avait appelé les policiers en soirée pour s’informer de son état de santé.