Les policiers de Saguenay ont encore une fois été appelés à l’ancienne cartonnerie de Jonquière, où ils ont interpellé deux rodeurs.

Un malfaiteur oublie ses papiers d’identité sur place

Deux individus ont été appréhendés, dimanche, alors qu’ils rôdaient sur les terrains de l’ancienne usine de Graphic Packaging, à Jonquière. Les policiers ont pu faire un lien entre l’un des hommes et l’incendie criminel qui avait été déclenché à l’usine désaffectée le 6 décembre dernier, puisque l’individu avait oublié ses papiers d’identité sur les lieux du crime...

Deux hommes ont été aperçus errant sur le site de l’ancienne cartonnerie de Jonquière, qui donne du fil à retordre aux autorités depuis son abandon. En effet, une dizaine d’incendies criminels y ont été allumés en un an et un homme y a perdu la vie en tombant dans un trou. 

« Les policiers ont été informés que deux individus étaient sur place. Ils ont donc été interpellés par nos agents et l’un des hommes a été reconnu, puisqu’il avait laissé ses papiers d’identité sur les lieux il y a quelques jours et qu’il était déjà considéré comme suspect », a indiqué le lieutenant de la Sécurité publique de Saguenay, Christian Michaud.

L’histoire ne dit pas si l’homme en question était retourné sur les lieux pour récupérer ses papiers ou pour commettre un autre délit, mais il pourrait maintenant faire face à des accusations d’introduction par effraction sur une propriété privée et d’incendie criminel. Le dossier a d’ailleurs été transféré au Bureau des enquêtes criminelles. 

Citoyens vigilants

« Même si les terrains sont maintenant clôturés, les véhicules ont toujours accès à l’ancienne usine par la piste cyclable. Avec tous les méfaits qui y ont été commis, les résidants du secteur qui voient des véhicules emprunter cet accès appellent rapidement les autorités », a ajouté le sergent de la Sécurité publique de Saguenay, Carl D. Tremblay. 

Ce dernier rappelle que les gens qui pénètrent sur ces terrains peuvent faire face à des accusations d’introduction par effraction, même si les lieux sont laissés à l’abandon.