Thomas Cloutier-Montpetit, âgé de 20 ans, fait maintenant face à 12 chefs d’accusation, dont trafic d’armes à feu. Il suivra une thérapie fermée pour les trois prochains mois.

Un Jonquiérois accusé de trafic d’armes à feu

Thomas Cloutier-Montpetit, arrêté la semaine passée à la suite d’une perquisition de drogue et d’armes menée à son domicile de Jonquière, a pris le chemin d’un centre de désintoxication, où il suivra une thérapie fermée pour les trois prochains mois. Le jeune homme de 20 ans, d’abord accusé de possession illégale d’une arme à feu, fait maintenant face à 12 chefs d’accusation, dont trafic d’armes.

Le 5 décembre, Thomas Cloutier-Montpetit a été arrêté après que les policiers de Saguenay aient réalisé une saisie chez lui. De la cocaïne, du cannabis, de la codéine, du haschich et des armes à feu, soit un revolver de calibre .38 et et 9mm avec un chargeur de 30 cartouches, avaient été perquisitionnés. Il avait comparu le lendemain pour une accusation de possession illégale d’une arme. Le jeune homme sans antécédent judiciaire était détenu depuis son arrestation.

Il était de retour devant les tribunaux, mardi matin, pour subir son enquête sur remise en liberté. Depuis l’arrestation de l’individu, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a déposé plusieurs autres accusations, notamment trafic d’armes, entreposage illégal d’armes à feu, possession d’une arme obtenue illégalement, possession d’une arme prohibée, possession d’une arme à autorisation restreinte sans en avoir le permis, ainsi que possession de stupéfiants, en l’occurrence de la cocaïne, de la codéine et du cannabis illicite.

L’accusé a réservé le choix de ses plaidoyers jusqu’à une prochaine date.

D’ici son retour devant les tribunaux, le jeune homme suivra une thérapie fermée, afin de régler son problème de consommation de stupéfiants. Le procureur de la poursuite, Me Jean-Sébastien Lebel, a accepté que l’accusé prenne le chemin d’un centre de thérapie plutôt que celui de la prison. L’accusé reviendra en cour le 10 mars prochain, une fois sa thérapie complétée.

Cloutier-Montpetit devra suivre les règlements du centre, garder la paix et avoir une bonne conduite, ne pas consommer alcool ni drogue et ne pas avoir en sa possession une arme, qu’elle soit blanche ou à feu. S’il ne respecte pas les conditions que le tribunal lui a fixées, il sera incarcéré.