Un petit avion s'est abîmé dans les eaux du lac Sébastien hier matin, à Saint-David-de-Falardeau. Le pilote, qui n'a pas été blessé, a pu sortir lui-même du poste de pilotage avant d'être secouru en chaloupe.

Un hydravion rate son amerrissage

Un pilote d'hydravion a raté son amerrissage sur les eaux du lac Sébastien, hier matin, à Saint-David-de-Falardeau. Les eaux ont englouti une partie de l'appareil, mais le pilote s'est sorti indemne de l'accident.
Le pilote de l'aéronef de construction amateur a éprouvé des problèmes techniques lors de son amerrissage, vers 9h, à la base lac Sébastien d'Air Saguenay.
«Il est arrivé trop vite, il a mal calculé son amerrissage. Ses flotteurs ont piqué du nez, ont touché l'eau et l'avion s'est renversé", raconte en entrevue téléphonique le répartiteur de la base du lac Sébastien, Michel Fillion.
Le pilote d'une soixantaine d'années, originaire de Saint-David-de-Falardeau, a pu s'extirper lui-même de l'appareil avant d'être secouru en chaloupe. «Il aurait pu se faire mal, mais il a été chanceux», ajoute M. Fillion. Le transport du pilote à l'hôpital n'a pas été nécessaire.
Une témoin de l'accident, qui faisait du camping en bordure du lac, a été surprise par la force du bruit de l'impact de l'avion sur l'eau.
«Je suis allée voir ce qui se passait, j'ai assisté au remorquage, et ensuite le monsieur m'a dit qu'il avait eu un problème de fissure dans l'un de ses flotteurs, il les essayait pour la première fois, et il était presque posé sur l'eau lorsque l'accident est arrivé", raconte celle qui a eu l'occasion de discuter avec le pilote, une fois que celui-ci s'est retrouvé sur la terre ferme.
Remorquage
L'appareil, passablement abîmé par l'impact, a été remorqué hors de l'eau quelques heures après l'accident.
La Sûreté du Québec a été appelée à intervenir sur les lieux de l'accident.
«Il y a eu un léger déversement d'essence et Urgence-Environnement a été avisé de la situation, ainsi que le Bureau de la sécurité des transports du Canada pour l'écrasement de l'appareil», indique la porte-parole de la SQ, Mélanie Dumaresq.
Mgauthier@lequotidien.com