La voiture de l'homme à la hache s'est retrouvé dans un banc de neige, sur le boulevard du Royaume, vers 21h40, près de la polyvalente.

Un homme sème l'émoi avec une hache

Un homme d'une trentaine d'années a été arrêté à La Baie, vendredi soir, après avoir commis un vol au dépanneur Couche-Tard avec une arbalète en sa possession et vandalisé un véhicule. L'individu venait de semer l'émoi à Jonquière alors que des passants avaient relaté l'avoir vu avec une hache.
Les événements ont débuté à Jonquière, sur le boulevard du Royaume, lorsque l'homme s'est enlisé dans la neige avec son véhicule en bordure du boulevard du Royaume, près de l'école Polyvalente Jonquière. Des personnes ont alors appelé les policiers en affirmant que l'homme aurait été menaçant et qu'il avait une hache en sa possession. Les policiers de Saguenay se sont alors lancés à sa recherche dans le secteur.
Toutefois, selon les premiers éléments recueillis par les policiers, l'individu ne se serait finalement pas montré ni menaçant ni violent, et n'aurait pas utilisé sa hache à Jonquière.
Entre temps, l'homme avait réussi à embarquer à Jonquière avec un automobiliste, probablement en faisant du pouce, qui l'a mené jusqu'au dépanneur Couche-Tard de La Baie. Le conducteur qui l'a accueilli à son bord a plus tard mentionné aux agents que le jeune homme s'était montré « très sympathique ». Il n'avait aperçu aucune arme et avait seulement remarqué qu'il voyageait avec son chien.
C'est une fois laissé au Couche-Tard de La Baie, à l'angle des rues Bagot et des Érables, que l'individu a commis un vol. Il aurait alors montré son arbalète au commis. Contactés plus tard en soirée au téléphone, les personnes présentes au dépanneur ont préféré ne pas commenter les événements. Un véhicule a aussi été vandalisé.
Les policiers ont été ensuite en mesure de l'arrêter rapidement et ont retrouvé une arbalète et une hache abandonnée à proximité.
Vers minuit, les policiers de la Sécurité publique de Saguenay poursuivaient leur enquête et tentaient de retracer le fil précis des événements, a indiqué la lieutenante Julie Cloutier. « Des accusations devraient être déposées, mais nous ne savons pas encore lesquelles. Ça semble être sorti plus fort que ce qui s'est produit. »