Un homme de Chicoutimi pète les plombs contre son ex

Un individu de Chicoutimi a pété les plombs après avoir appris que son ex-conjointe avait déposé une plainte pour voies de fait simple à son endroit. Cette fois, il est allé beaucoup plus loin, ce qui fait qu’il doit demeurer incarcéré au moins jusqu’à vendredi.

L’homme de 51 ans, dont nous taisons l’identité afin de préserver celle de la victime et de leurs enfants, a été arrêté par les patrouilleurs du Service de police de Saguenay (SPS), lundi soir, après s’être introduit par effraction au domicile de la plaignante.

Il s’est présenté, menottes aux poignets, devant le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, et a ensuite été transféré au Centre de détention de Roberval pour les prochains jours.

Selon les informations obtenues, le client de Me Charles Cantin a appris qu’une plainte lui était adressée et il n’a visiblement pas apprécié cette situation.

Il semblerait que l’individu s’est dirigé à la résidence de la femme et lui aurait fait comprendre qu’elle avait dépassé les bornes.

L’homme de la rue Albani, à Chicoutimi, serait entré dans la maison par effraction et aurait utilisé une arme blanche pour menacer l’occupante.

Mardi matin, Me Julien Boulianne a reçu la preuve du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) au nom de son associé Me Charles Cantin. Le prévenu a été accusé d’introduction par effraction, de voies de fait avec lésions, de voies de fait armées, de séquestration, de menaces de causer la mort et de menaces de causer des lésions corporelles.

Cathy Morin, stagiaire au DPCP, s’est opposée à la remise en liberté de l’individu. Me Boulianne a demandé à ce que l’enquête caution se déroule le vendredi 25 octobre.