Hugues Trépanier a été arrêté après les importantes saisies de drogues de la semaine dernière à Lamarche.

Un homme de 51 ans accusé de trafic de drogue

Les deux importantes saisies de drogues qui ont eu lieu à Lamarche, la semaine dernière, ont mené à la mise en accusation de Hugues Trépanier, un homme de 51 ans, mardi, au Palais de Justice de Chicoutimi. Trépanier aurait fait du trafic de marijuana, de médicaments, en plus de posséder sept armes sans avoir les permis nécessaires.

L’accusé a comparu en fin de journée sous six chefs d’accusation au total, dont celui de vente de cannabis à une personne de moins de 18 ans. Trépanier aurait fourni du cannabis à un adolescent né en 2001 vers la fin du mois de novembre.

Son arrestation est arrivée à la suite de deux perquisitions qui ont eu lieu la semaine dernière à Lamarche. Les policiers avaient entre autres saisi à ce moment des armes à feu et environ 1000 comprimés de médicaments d’ordonnance qui s’apparentaient à du Xanax et de la Dexédrine.

Peu de détails sont connus, pour l’instant, sur la manière dont l’accusé se serait procuré ces médicaments avant d’en faire la contrebande.

L’avocat qui représente Hugues Trépanier, Me Charles Cantin, n’a pas voulu trop s’avancer sur la question, lorsqu’interrogé par Le Quotidien. Il a souligné la complexité du dossier.

« Je n’ai pas encore étudié la preuve dans son ensemble, j’en ai reçu une bonne partie aujourd’hui. On parle de dossier de voies de fait, de dossier de vente de cannabis et de médicaments... C’est très particulier et très éclectique comme dossier », a affirmé l’avocat.

Loi sur le cannabis

Parmi les six chefs d’accusation, on retrouve celui de possession d’une quantité de cannabis de plus de 30 grammes dans un lieu public, ce qui le mettrait en contravention avec la loi sur la légalisation du cannabis. Le système judiciaire s’adapte tranquillement à ces nouveaux cas.

« On fait affaire avec la loi sur la marijuana qui est une nouvelle loi », a indiqué Me Cantin avant d’ajouter qu’elle était « extrêmement récente » et qu’il allait en faire l’étude le plus rapidement possible pour l’enquête sur la remise en liberté de son client.

Voies de fait

En plus des chefs liés au trafic de drogue, Hugues Trépanier devra faire face à des accusations de voies de fait. Selon son avocat, ces accusations seraient de nature conjugale et n’auraient aucun lien avec la vente de drogue.