Un homme de 39 ans retrouvé mort dans une résidence de Chicoutimi [VIDÉO]

Un homme de 39 ans a été retrouvé sans vie dans une résidence de la rue Bégin de Chicoutimi, jeudi matin. De nombreux policiers et enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux et plusieurs personnes ont été rencontrées au cours de la journée. Le corps a été envoyé au laboratoire médico-légal de Montréal, où une autopsie judiciaire sera pratiquée. Bien qu’aucune thèse ne soit encore écartée, il pourrait s’agir d’un suicide.

C’est vers 8h, jeudi, que les policiers et ambulanciers ont été appelés sur place. L’employeur de l’homme s’inquiétait de ne pas l’avoir vu au travail. Il a téléphoné à la propriétaire de la résidence, dont le sous-sol a été aménagé pour louer des chambres. C’est la dame qui a fait la macabre découverte. Un important déploiement policier s’est mis en branle et une enquête a été ouverte, puisque cette mort était jugée suspecte. Il n’a pas été possible de savoir si l’individu présentait des marques de violence ni s’il était connu du milieu policier.

Le poste de commandement du Service de police de Saguenay (SPS) s’est stationné devant la résidence du 1429 rue Bégin, afin de recueillir des informations. « Plusieurs personnes ont été rencontrées, des voisins, des proches de l’homme et de la famille. Le coroner est également venu sur place. L’enquête a pu avancer rapidement, mais nous ne pouvons encore confirmer d’hypothèse. Le corps subira une autopsie judiciaire et nous en saurons davantage à ce moment », a souligné le porte-parole du SPS, Bruno Cormier. 

Selon différentes sources, la thèse privilégiée par les enquêteurs serait celle du suicide. 

Pour certains voisins, le déploiement policier aperçu à cette adresse a ravivé de vieux souvenirs.

Un meurtre en 2004 

En effet, c’était la deuxième fois que les policiers de Saguenay étaient dépêchés à cette adresse pour un drame. 

En 2004, Gérald Patoine y avait assassiné Daniel Lemieux, 25 ans, en lui infligeant 53 coups de couteau. Le corps de son ex-conjointe avait été découvert dans un appartement du chemin de la Réserve le lendemain. Les deux événements ne seraient qu’une simple coïncidence.