Saint-Félicien surveille quotidiennement l'état du glissement de terrain qui avait empêché les camions lourds de circuler sur la route Saint-Eusèbe.

Un glissement de terrain surveillé de près à Saint-Félicien

Saint-Félicien surveille quotidiennement l'état du glissement de terrain qui avait provoqué l'interdiction de la circulation lourde sur la route Saint-Eusèbe.
Bien que l'interdiction ait été levée, l'état du talus préoccupe. Les autorités vont suivre l'évolution de la crue printanière pour voir si d'autres dommages pourraient être constatés. «Nous avons une experte qui se déplace rapidement pour évaluer la situation. Comme il n'y avait pas de pluie d'annoncée pour les prochains jours et qu'il n'y avait pas eu d'autres glissements, elle a assuré qu'il n'y avait pas de danger à ce que les camions recommencent à circuler», explique Louis Tremblay, surintendant aux travaux publics.
Sur place, il est facile de constater qu'une bonne section s'est détachée du talus pour se retrouver sur la rive. Dès que la rivière Ashuapmushuan va se libérer de ses glaces, le niveau d'eau va augmenter rapidement, ce qui pourrait provoquer d'autres glissements.
Ce secteur est jugé problématique par la municipalité. Il y a quelques années, le maire Gilles Potvin avait fait des interventions pour tenter d'obtenir de l'aide financière pour réaliser des travaux de stabilisation des berges, en vain.
Sur un secteur d'un kilomètre, les berges sont fragiles et les pertes de terrains enregistrées au cours des années sont importantes. À certains endroits, la route pourrait être menacée.
Pour l'instant, la Ville n'a pas les moyens d'investir pour réparer les berges. Et comme il s'agit de travaux en rivière qui dépasse 300 mètres, il faudrait que les interventions proposées fassent l'objet d'audiences publiques du BAPE.