Un étudiant étranger arrêté pour harcèlement et bris de condition

Un étudiant étranger de l’UQAC a été arrêté vendredi à deux reprises, pour harcèlement envers une collègue de classe et bris de condition, alors qu’il s'est rendu au domicile d’une jeune femme et qu'il n’y avait pas le droit. L'homme de 24 ans pourrait être déporté du pays s’il plaide coupable à ces accusations.

Selon Denis Harvey, lieutenant du Service de police de Saguenay (SPS), l’homme aurait été arrêté une première fois dans la journée de vendredi, pour harcèlement envers sa collègue de classe. Ils seraient tous les deux à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Plus tard dans la journée, il serait retourné au domicile de la jeune femme, où il a été arrêté de nouveau pour bris de condition. Il a comparu par voie téléphonique et restera détenu jusqu’à son procès, lundi, au Palais de justice de Chicoutimi.

Puisqu’il détient un visa temporaire pour faire ses études dans le pays, le détenu pourrait voir ses privilèges être révoqués, puisque les conditions de ce visa sont très sévères. « Nous ne sommes pas encore rendus là, puisque nous devons attendre le procès, mais il est vrai que le détenu pourrait devoir quitter le pays s’il plaide coupable à ces accusations », a confirmé le lieutenant Christian Michaud, dans son entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Conduite en état d’ébriété

Une femme de 26 ans a été arrêtée par les policiers de Saguenay, dans la nuit de vendredi, pour conduite en état d’ébriété. Elle sortait d’un bar, à La Baie. Elle a soufflé près de deux fois plus que la limite permise. « Elle a été libérée et devra comparaître devant la justice d’ici une dizaine de semaine », a confirmé le lieutenant Denis Harvey, dans son message téléphonique.