L’opérateur à l’aréna de La Baie aurait été surpris à se masturber à trois reprises en l’espace de 30 minutes.

Un employé de Saguenay surpris à se masturber

Un employé de Saguenay a été suspendu après avoir été surpris en train de se masturber à trois reprises en l’espace de 30 minutes alors qu’il se trouvait dans son bureau du Centre Jean-Claude Tremblay, de La Baie.

Porte-parole média de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier confirme qu’une plainte officielle a été déposée le 26 mars, soit neuf jours après les événements, qui auraient eu lieu le 17 mars.

Les faits se seraient produits tôt en matinée au moment où les membres du club de patinage artistique Les Anneaux Bleus de La Baie s’apprêtaient à entreprendre leur entraînement. 

L’homme d’entretien aurait été surpris en action, à trois occasions, par deux membres du club et par un parent du hockey mineur alors qu’il était en action.

L’individu de 49 ans, dont nous ne pouvons dévoiler l’identité tant et aussi longtemps qu’une plainte criminelle n’a pas été déposée, a été suspendu sans solde pour une durée indéterminée.

« Nous avons eu la plainte des dirigeants du club à 11 h 30 le samedi 17 mars et à 12 h 15, l’employé était suspendu et retourné chez lui », a précisé Marie-Hélène Lafrance, du bureau des communications de Saguenay.

Traumatisme

Le début de matinée du 17 mars aura donc été fertile en émotions pour des jeunes filles et des parents de La Baie.

Présidente du club de patinage artistique Les Anneaux Bleus de La Baie, Marie-Ève Bouchard raconte que les patineuses arrivent entre 7 h 15 et 7 h 45 afin de se préparer pour leur entraînement de 8 h.

« Habituellement, la porte du vestiaire est débarrée et ouverte afin que nos filles puissent s’habiller pour le cours. Sauf que ce samedi matin là, lorsque notre première patineuse est arrivée, la porte était barrée. Elle s’est donc rendue au local de l’opérateur pour lui demander de venir lui ouvrir », raconte Mme Bouchard.

« C’est là qu’elle l’a vu en train de se masturber. Elle n’a pas dit un mot, a reculé et s’est dirigée à toute hâte vers le hall d’entrée de l’aréna. Lorsqu’une deuxième patineuse est arrivée sur place, elle n’était au courant de rien, car sa coéquipière avait honte de ce qu’elle avait vu et n’osait rien dire », ajoute la présidente du club de patinage artistique.

La seconde patineuse s’est aussi dirigée vers le vestiaire et a noté que la porte était verrouillée. Elle a pris le chemin du bureau de l’opérateur et l’a aperçu alors qu’il jouait avec son organe reproducteur.

Elle a poussé un cri. L’opérateur a remonté ses bobettes et son pantalon, est sorti du local et est allé débarrer le vestiaire des jeunes filles, qui sont âgées de 13 et 15 ans.

« Les deux patineuses se sont installées dans le vestiaire et ont attendu leur entraîneure. Elles lui ont raconté ce qu’elles avaient vécu et nous avons été avisés de la situation », reprend Mme Bouchard.

« Tout en discutant de cette mésaventure, nous avons appris qu’un parent d’un jeune du hockey mineur avait lui aussi surpris l’opérateur en train de se masturber juste un peu avant, soit vers 7 h 15. » L’opérateur aurait été vu à jouer avec son corps à trois reprises entre 7 h 15 et 7 h 40.

Les enquêteurs de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont effectué les recherches reliées à ces événements et pourraient soumettre sous peu un dossier au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Il pourrait être accusé d’actions indécentes dont la peine maximale peut atteindre deux ans.

L’opérateur à l’aréna de La Baie aurait été surpris à se masturber à trois reprises en l’espace de 30 minutes.

Collaboration

Une fois mis au courant de la situation, les dirigeants du club de patinage artistique ont contacté les responsables de Saguenay. 

« Nous avons reçu un excellent support de la Ville de Saguenay. Les gens ont réagi rapidement et ont mis les efforts pour que nos jeunes se sentent en sécurité. La semaine dernière, nous avions une opératrice en place. »

« De notre côté, nous allons accompagner nos deux filles et le reste du groupe afin de nous assurer qu’il n’y aura pas d’effets trop négatifs de cette affaire », a conclu Marie-Ève Bouchard.