Daniel Leroux affiche une longue feuille de route en tant que criminel.

Un délinquant sexuel en prison pour un vol de viande

Enregistré comme délinquant sexuel, Daniel Leroux passera les trois prochains mois derrière les barreaux, après avoir été reconnu coupable mercredi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, d’avoir notamment volé de la viande à l’épicerie et d’avoir troublé la paix.

Même si le montant du vol n’était que de 14 $, le tribunal ne pouvait ignorer les antécédents criminels de l’individu de 51 ans, qui avait aussi omis de se rapporter au registre des délinquants sexuels, d’avertir les autorités de son changement d’adresse et de respecter une promesse faite aux policiers de ne pas communiquer avec la femme qu’il fréquentait. Or, les agents l’ont trouvé à la résidence de cette dernière et l’ont arrêté le 14 juillet dernier. Des accusations de voies de fait envers elle ont été retirées.

« L’accusé a commencé sa formation en droit bien avant que je naisse et il a plus d’expérience que n’importe qui dans cette salle, a imagé le procureur de la Couronne, Me Michaël Bourget. Il connaît bien la chanson. C’est un choix de vie qu’il a fait. »

Leroux a reçu une peine de détention de quatre mois, mais il a déjà passé un mois en prison depuis son arrestation. Selon son avocat, Me Luc Tourangeau, il a encore de « belles années devant lui » et devrait comprendre la leçon cette fois-ci, surtout qu’il ne pourra pas être présent au mariage de son fils en conséquence. « J’espère ne plus le revoir en cour », affirme le criminaliste.

« C’est le seul responsable de ses choix », croit le juge Richard P. Daoust, de la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec.