Michaël Dallaire

Un criminel met en demeure la police

Le Jonquiérois Michaël Dallaire met en demeure le service de la Sécurité publique de Saguenay et les autorités municipales pour une arrestation illégale. Il réclame une somme d'argent, encore inconnue, pour les dommages encourus.
Le 13 octobre 2016, l'individu de 33 ans de la rue du Cap, à Jonquière, est arrêté sur la rue Saint-Dominique pour une fissure dans le pare-brise. Par le fait même, le policier dit avoir remarqué la crosse d'une arme à feu sur la banquette arrière. Il a immédiatement procédé à son arrestation. Au final, les agents avaient découvert quatre armes à feu et plus de 1000 comprimés de méthamphétamine.
Il a été incarcéré à la prison de Roberval. Il a pu recouvrer sa liberté 29 jours plus tard, lorsque le Directeur des poursuites criminelles et pénales a retiré les accusations, estimant ne pas être en mesure de prouver hors de tout doute raisonnable la culpabilité de l'individu possédant de nombreux antécédents judiciaires.
Par la suite, il a été possible d'apprendre que le policier en fonction au moment de l'arrestation avait été suspendu pour faire face à une enquête interne pour des gestes posés lors de l'interception de Dallaire.
«Nous avons fait parvenir une mise en demeure à la police de Saguenay et à la Ville de Saguenay. Nous prétendons que notre client a été victime d'une arrestation illégale et il a été incarcéré à la prison de Roberval durant 29 jours. L'agent n'avait pas de motifs d'arrestation», a mentionné Me Simon-Pierre Dallaire, du bureau Simard, Boivin, Lemieux avocat.
«Il est possible d'imaginer qu'il n'est pas agréable d'être détenu. La lettre détaille les dommages subis par notre client. Nous verrons la réponse de la Ville et nous analyserons ensuite la possibilité de déposer une poursuite. On verra alors si l'on va plus loin», reprend Me Dallaire.