Les palettes de bois sont très recherchées, du moins assez pour qu’un individu offre une claque sur la gueule de son ancien employé.

Un chicane pour des palettes de bois

Une palette de bois, c’est une palette de bois. Et pour un individu de 25 ans de Jonquière, il n’est pas question que son ancien « employé » vienne lui voler ses clients qui lui donnent ou vendent à bas prix des palettes de bois. Mais le fait de le menacer d’une claque sur la margoulette n’était pas non plus la solution.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a entériné le plaidoyer de culpabilité de l’individu et a accepté la suggestion commune de Me Jean-Sébastien Lebel, de la Couronne, et de Me Julien Boulianne, en défense, d’un sursis de sentence de 12 mois à la condition de garder la paix et d’avoir une bonne conduite et de ne pas importuner la victime.

Les événements remontent au début de l’année 2018. Le client de Me Boulianne a mis la main sur un filon de palettes de bois qu’il pouvait récupérer gratuitement ou à très bas prix auprès d’entreprises locales.

L’homme les revendait ensuite à des clients qui voulaient utiliser ces planches de bois pour construire des meubles.

Devant tout le travail qui l’attendait pour la récupération des palettes de bois, l’accusé a pris la décision de s’embaucher un assistant.

Celui-ci a fait le travail, a connu les clients où il devait récupérer les palettes de bois et a appris le fonctionnement. Et il a quitté.

Cette décision n’avait pas une importance majeure pour l’accusé jusqu’au jour où il s’est rendu compte que son ancien employé lui volait littéralement ses clients, son filon et ses palettes de bois.

« Lorsque mon client a appris ça, il a menacé la personne d’une bonne claque dans le visage. La victime a porté plainte. Et mon client vient régler le dossier aujourd’hui au Palais de justice de Chicoutimi », a noté Me Boulianne.

L’histoire ne dit pas si l’accusé a pu poursuivre sa collecte de palettes de bois en exclusivité ou si son nouveau concurrent a aussi obtenu la permission d’en récolter chez les mêmes clients.

Arrestation d'un homme de 20 ans

Dans un autre ordre d’idées, le Chicoutimien de 20 ans, Jesse Ellis, a été arrêté et accusé de conduite avec les facultés affaiblies par la consommation de stupéfiants.

Les policiers attendent le résultat de tests d’urine pour déterminer avec certitude que l’individu a contrevenu au Code de la sécurité routière.

Le client de Me Gitane Smith, de l’Aide juridique, a été arrêté en fin de semaine après avoir dérobé une voiture, dont les clefs se trouvaient dans le contact.

En plus, Ellis a été accusé de menaces et de voies de fait sur son ancienne copine et de bris de conditions de remise en liberté.

L’individu demeure détenu. Son enquête de remise en liberté devrait se tenir le mardi 20 novembre.