Un cas d'inceste de retour à l’automne

Le couple indigne de Chicoutimi, celui dont l’homme a fait cinq enfants à sa belle-fille alors que sa conjointe en était consciente et qui a même participé aux ébats sexuels, reviendra devant le tribunal à l’automne.

L’homme d’une soixantaine d’années se trouve présentement dans un pénitencier du Nouveau-Brunswick après avoir écopé d’une sentence de six années de pénitencier pour des agressions sexuelles sur une mineure.

Il est maintenant accusé d’inceste, d’avoir violé l’une de ses propres sœurs et d’avoir eu des relations sexuelles non consenties. Les événements auraient eu lieu dans les années 70 et 80.

Me Jean-Marc Fradette, qui représente les intérêts de l’individu, a enregistré des plaidoyers de non-culpabilité au nom de son client et a demandé la tenue d’une enquête préliminaire.

Cette procédure judiciaire devrait lui permettre de connaître la preuve et d’en déterminer l’importance. La date sera fixée à la fin du mois de juin.

Le criminaliste a laissé entendre qu’il pourrait demander un procès devant juge et jury.

Quant à la mère de la jeune femme qui a eu cinq enfants du beau-père, Me Fradette demande à connaître la théorie de la cause et estime qu’il pourrait y avoir un règlement rapide dans cette affaire. La mère de famille a été accusée de deux chefs d’agressions sexuelles sur sa propre fille.

« J’aimerais que l’on place le dossier de madame en même temps que celui de son conjoint », a demandé le criminaliste.

« Il n’est plus mon conjoint », a laissé tomber la dame, qui se trouvait devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec.

Il faut savoir que nous ne pouvons identifier les deux individus afin de protéger l’identité de la victime dans cette affaire.