Les 12 vélos neufs étaient entreposés dans cette maison mobile, à l'arrière du site.

Un autre vol de vélos à Saguenay

Après le vol d'une trentaine de vélos de montagne rapporté la semaine dernière à l'école Saint-Antoine de Chicoutimi, un second vol est survenu au Centre du Lac Pouce à Laterrière, alors que 12 vélos de type « fat bike » ont disparu dans la nuit de mardi à mercredi.
Les vélos de marque Schwinn avaient été acquis cet été au prix coûtant, soit 400 $ chacun, grâce à un programme de Canadian Tire en collaboration avec l'Association des camps du Québec. Ils n'avaient pas encore servi, outre un court essai d'un kilomètre pour deux d'entre eux.
Le directeur général du Centre du Lac Pouce, Laval Dionne, a montré au <em>Quotidien</em> par où les voleurs s'étaient introduits.
Le matériel volé se trouvait dans une maison mobile qui sert d'entrepôt à l'arrière du terrain. « Ils ont brisé la fenêtre et ils ont dévissé les barreaux. Ils se sont ensuite glissés à l'intérieur et ont sorti les vélos par la porte. Ils ont même refermé la fenêtre... », a raconté le directeur général du centre de villégiature, Laval Dionne, bien désolé par la situation.
Lors du passage du Quotidien sur l'heure du midi, les traces des roues de vélo étaient bien visibles sur le sol. Des policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) s'affairaient à récolter des preuves. Contacté plus tard en après-midi, le porte-parole de la SPS, Bruno Cormier, a révélé « qu'il n'y a pas de suspect pour le moment ». Il a ajouté que l'enquête concernant le vol à l'école Saint-Antoine n'avait toujours pas identifié de suspect potentiel. Il est donc impossible pour le moment de lier officiellement les deux événements, si ce n'est de dire que les deux nécessitaient un assez haut niveau de préparation en raison du volume imposant des vélos volés.
« Comme je disais aux policiers, quand un voleur vole un organisme à but non lucratif, ça devrait être considéré comme un facteur aggravant par le juge », a indiqué le directeur général.