Un autobus scolaire de Ferland-et-Boilleau a pris feu en fin d'après-midi mercredi sur la route 381.

Un autobus scolaire prend feu à Ferland-et-Boilleau

Il s’en est fallu de peu pour qu’un incendie tourne au drame, mercredi après-midi, alors qu’un autobus scolaire du groupe Intercar s’est rapidement enflammé sur la route 381, dans le secteur Ferland-et-Boilleau. L’incident n’a causé aucun blessé, mais les dommages s’élèvent à plus de 50 000 $.

Mercredi après-midi, le conducteur de longue date Raymond Durand terminait sa ronde scolaire en cette dernière journée d’école lorsqu’il a senti une odeur de fumée. Inquiet, l’homme s’est immobilisé aux abords de la route 381, devant la rue Paquet, et a constaté le pire. 

« Vers 13 h 55, on a entendu un bruit d’explosion, plus fort encore que des feux d’artifice, explique Johanne Duguay, qui se trouvait en visite chez sa sœur qui vit à proximité. Une deuxième explosion s’est fait entendre immédiatement après, et avec le boum que ç’a fait, on était certaines qu’il s’agissait d’une maison qui était en danger. J’ai couru pour aller voir ce qui se passait, mais on ne s’attendait pas à voir l’autobus de M. Durand. »

Le conducteur a vite essayé d’éteindre les flammes avec un extincteur, mais celles-ci se sont rapidement propagées, et les pompiers de la Régie intermunicipale de sécurité incendie du Fjord sont arrivés en renfort. En moins de 30 minutes, la situation était maîtrisée.

« À notre arrivée, nous avons constaté une importante perte de diesel et nous nous sommes empressés de protéger le secteur en creusant un canal autour, pour empêcher le carburant diesel de propager les flammes. Une équipe d’Urgence-Environnement est ensuite intervenue pour venir nettoyer les lieux et minimiser les conséquences environnementales dans le sol », relate le directeur général de la Régie intermunicipale de sécurité incendie du Fjord, Frédéric Guérin.

Les causes de l’incendie font l’objet d’une investigation. M. Guérin assure qu’aucun acte criminel n’est soupçonné. Un bris mécanique ou électrique est envisageable.

Les pompiers ont pris moins de trente minutes pour contrôler les flammes du brasier.