Claude Desbiens­

Un agresseur risque la détention pour deux fellations

Le Baieriverain Claude Desbiens, âgé de 79 ans, pourrait passer neuf mois sous les verrous pour avoir demandé à une mineure de lui faire une fellation à deux reprises au milieu des années 80.

Le juge Rosaire Larouche, de la Cour du Québec, a entendu les représentations sur sentence de Me Marianne Girard, de la Couronne, qui réclame neuf mois de détention, et de Me Olivier Théorêt, de la défense, qui demande 12 mois en société.

Le 28 juin dernier, Claude Desbiens a plaidé coupable à des chefs d’accusation d’agression sexuelle sur une jeune fille, qui avait moins de 10 ans lors des événements. Les actes se sont déroulés dans la camionnette de l’accusé entre 1985 et 1987.

Desbiens s’était rendu à un chalet afin de récupérer la jeune fille. Sur le chemin du retour, il s’est arrêté au dépanneur et a acheté des bonbons pour une valeur de 5 $. En les donnant à la jeune fille, il lui a dit que c’était maintenant à elle de lui faire une gâterie.

L’homme, alors âgé d’environ 45 ans, a baissé son pantalon, a sorti son pénis, a pris la tête de l’enfant avec sa main et lui a demandé de lui faire une fellation, a-t-on mentionné.

Quant au second épisode, la victime ne se souvient pas si son agresseur lui avait offert des friandises, mais se remémore lui avoir fait une fellation jusqu’à la jouissance.

Lundi matin, la victime est venue raconter le traumatisme qui a suivi ces malheureux événements alors qu’elle n’avait rien demandé. Elle a mentionné au juge Larouche qu’elle avait toujours de la difficulté à faire confiance aux hommes et que sa vie n’avait pas été facile.

L’accusé a présenté ses excuses. « Je regrette de lui avoir fait faire des choses semblables. Je lui demande pardon », a lancé le septuagénaire.

Il avait déclaré aux enquêteurs, lors de son interrogatoire, que si la victime avait dit que c’était arrivé, que c’était vrai, car elle n’est pas une menteuse. « Mais moi, je ne m’en souviens pas », a-t-il déclaré.

Sans que cela soit une excuse, l’homme a mentionné qu’il consommait beaucoup d’alcool à l’époque.