Un accusé de Jonquière fait preuve d’honnêteté

Le Jonquiérois Marc Bilodeau peut se targuer de faire preuve d’honnêteté même si ça ne lui est pas toujours favorable. Il a avoué ne pas s’être présenté au Palais de justice de Chicoutimi parce que ça ne lui tentait pas.

L’individu de 35 ans a par le fait même appris que la justice ne badine pas avec ceux qui préfèrent demeurer à la maison plutôt que de faire face à leurs responsabilités en matière criminelle, notamment.

Le client de Me Olivier Théorêt, de l’Aide juridique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a été appréhendé après qu’un mandat d’arrestation ait été lancé à son endroit.

Lundi matin, il était présent à la maison de la justice de la rue Racine, à Chicoutimi. Il est sorti du bloc cellulaire pour se présenter devant le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, avec les menottes aux poignets.

L’avocat a demandé à ce que Bilodeau puisse recouvrer sa liberté, laissant voir au tribunal qu’il serait véritablement au palais de justice à la prochaine date des procédures judiciaires.

« Mais comment s’assurer que vous serez là ? », a demandé Kathie Morin, stagiaire au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

L’accusé n’a pas tourné autour du pot très longtemps et n’a pas tenté d’embobiner le tribunal.

« Je ne peux que vous donner ma parole. Mais je sais une chose, si je ne me présente pas la prochaine fois, vous allez être beaucoup moins indulgente à mon endroit. J’ai 35 ans et ça fait 35 ans que je suis comme ça. Mon problème, c’est que je sais que je dois faire des choses, mais je ne les fais pas. Je savais que je devais être au tribunal en août, mais la journée même, je ne l’ai pas fait. Un point c’est tout », a répondu Bilodeau.

« Ce que je peux vous dire, c’est que j’ai passé une nuit en détention et je n’ai pas aimé ça, mais vraiment pas. Je n’ai pas le goût d’y retourner et ça fait en sorte que je vais être ici à la prochaine date. Je dois prendre mes responsabilités. Si ma mère était ici, elle pleurerait de me voir », a-t-il ajouté.

Le juge Guimond a accepté d’accorder une ultime chance à l’accusé et l’a remis en liberté.

À l’origine, Bilodeau est accusé d’un vol de marchandises au Maxi et cie de Place Centre-Ville, à Jonquière. Il y avait dérobé de la nourriture avant d’être pris.

« Ça faisait trois jours que je n’avais pas mangé. J’avais vraiment faim. Quant au fait de ne pas avoir le droit de remettre les pieds chez Maxi (une condition), il n’y a aucun danger que j’y retourne, car j’ai trop honte », a conclu l’accusé.