Des voleurs ont visité, à trois reprises, le commerce Ébénisterie en l’espace de quelques semaines. Près de 15 000$ en outils ont été volés.

Trois vols d’outils en un mois

L’expression « jamais deux sans trois » s’applique bien malgré lui au propriétaire d’Ébénisterie des érables. Jean-David Cloutier désire lancer un appel à la vigilance à la suite de trois vols d’outils commis dans son commerce de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix au cours du dernier mois. Près de 15 000 $ d’outils ont disparu.

L’homme d’affaires n’a pas hésité à utiliser les réseaux sociaux afin de lancer un appel à tous. Il espère, ainsi, dissuader ceux qui pourraient être tentés de faire l’achat d’outils volés de marque Makita à moindre coût.

Les voleurs ont dérobé le contenu de sa remorque fermée qui se trouve à l’arrière de son commerce, le 18 décembre dernier. L’équivalent de 7000 $ d’outils et de pièces nécessaires à l’installation d’armoires et de mobiliers a été volé. Les malfrats ont également emporté avec eux trois pneus de véhicules.

L’entreprise de la rue des Érables a été visitée une deuxième fois le 9 janvier dernier. C’est en circulant dans le secteur que M. Cloutier a remarqué des traces de pas dans la neige. Ceux qui n’avaient aucune raison de se retrouver sur les lieux ont tenté de s’introduire, une deuxième fois, dans la remorque fermée en plus de tenter de récupérer le quatrième pneu oublié lors du premier vol. Toutefois, le renforcement et l’amélioration des mesures de protection effectuées par Jean-David Cloutier ont contrecarré les plans des visiteurs. Ceux-ci ont quand même profité de l’occasion pour zieuter l’intérieur du bâtiment principal. Même si aucun vol n’a été commis, des dommages de 1000 $ ont été répertoriés.

L’entrepreneur n’était pas au bout de ses peines puisque les cambrioleurs se sont présentés de nouveau à son entreprise il y a quelques jours. Les individus ont pris la majorité des outils achetés à la suite du premier vol, le 21 janvier dernier. La somme totale du deuxième butin est, cette fois-ci, évaluée à 5000 $.

« Je me retrouve avec plus de 13 000 $ en réclamation auprès de mes assurances en l’espace de trois semaines. Les outils ont été volés en double. C’est ce qui me fait penser que ce sont les mêmes personnes », explique l’ébéniste.

Jean-David Cloutier a rapidement dû s’organiser au lendemain du premier vol. L’homme d’affaires ne s’en cache pas, il a perdu beaucoup de temps entre les rapports de police, les démarches auprès des assurances et le travail qui devait être fait. Rien n’est terminé pour lui alors qu’il anticipe la hausse de sa prime d’assurances. Il craint même que sa compagnie d’assurance refuse de lui offrir des services.

Ouvrir l’oeil

En partageant son histoire sur les réseaux sociaux, l’entrepreneur désire sensibiliser les potentiels acheteurs quant à la provenance des outils. « Ce sont plus de 10 000 $ d’outils de marque Makita qui ont été volés. Ils ont à peine deux à trois ans d’usure et la moitié n’avait été utilisée qu’une seule fois. Les outils sont facilement reconnaissables alors qu’ils sont entreposés dans des boîtes en bois créées sur mesure », décrit-il.

Depuis les vols, M. Cloutier reste à l’affût. Il visite les commerces ainsi que les différents sites de revente tels que Kijiji et les pages Facebook dédiées à la vente d’objets.

Plus de surveillance

Au terme de cette suite de vols, Jean-David Cloutier espère davantage de surveillance dans le secteur de la rue des Érables. En plus de l’ébénisterie, la rue comprend notamment une quincaillerie et un garage. « Tous les commerces autour ferment à 21 h. Il n’y a plus rien ensuite. Ils ont presque tous des objets et des produits de grande valeur. »

« Tout ce que je veux, c’est gagner ma vie », conclut-il.