Trois travailleurs de PFR brûlés par un arc électrique à Dolbeau-Mistassini

Trois personnes ont été blessées, dont deux plus sévèrement, alors qu’elles ont été foudroyées par un arc électrique survenu dans l’usine de papier de Dolbeau-Mistassini de Produits forestiers Résolu, vendredi après-midi.

Les trois travailleurs ont d’abord été transportées au centre hospitalier de Dolbeau-Mistassini, mais devant la gravité des brûlures de deux d’entre eux, ils ont été transférés à Québec où on ne craint toutefois pas pour leur vie. « Actuellement, les médecins font ce qu’il faut pour minimiser les conséquences de cet accident », a indiqué le directeur principal des affaires publiques de Résolu, Karl Blackburn, lors d’une entrevue téléphonique samedi soir, soulignant le bon déroulement de l’intervention. Contacté dimanche, il ne pouvait offrir plus de détails.

Après l’important accident de travail, une cellule de crise a été mise en place pour venir en aide aux familles des trois personnes impliquées ainsi qu’à leurs collègues de travail. « Dans un premier temps, ce qui nous mobilise le plus pour le moment, c’est l’état de santé de nos travailleurs, leur soutien ainsi qu’à leur famille immédiate et leurs collègues, d’assurer Karl Blackburn. Lorsque survient une situation comme celle-là, ce n’est jamais facile. On a déployé les mesures nécessaires pour supporter émotionnellement tous ceux qui en ont besoin. »

Une enquête conjointe a été ouverte par l’entreprise ainsi que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour tenter de comprendre ce qui s’est produit. Pour le moment, tout porte à croire à une défaillance d’un équipement. Des mesures temporaires ont tout de même déjà été prises dans les autres installations de PFR. « Il n’y a rien qui est négligé au niveau de la santé et de la sécurité. Si des choses doivent être améliorées dans les autres installations, on procède immédiatement, d’avancer Karl Blackburn. On est vraiment en train de faire l’évaluation de ce qui s’est passé. Quand on connaîtra les circonstances exactes qui ont mené à cette situation, on sera en mesure de commenter davantage. »