L'avion qui s'est écrasé à 10 kilomètres au nord de Schefferville est un Piper Navajo de la compagnie Exact Air, comme celui-ci photographié lors d'un atterrissage à Val-d'Or.

Tragédie d'Exact Air: l'avion a heurté une ligne électrique

Le cauchemar des pilotes qui doivent voler à basse altitude, une ligne de transport d'énergie, a causé l'écrasement mortel du Piper Navajo d'Exact Air dimanche.
C'est le premier constat qu'ont fait les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports lors de leur visite sur les lieux du crash, mardi.
L'information a été confirmée mercredi par le BST qui ne pouvait fournir davantage de détails, car les enquêteurs n'étaient pas encore disponibles. Ceux-ci ramènent avec eux certaines composantes de l'avion, notamment les pièces de l'équipement géomagnétique qui servaient à faire les relevés géologiques.
Ce type de vol doit se faire à basse altitude et deux bimoteurs y étaient affectés. Le premier est revenu sans encombre à l'aéroport de Schefferville et c'est son équipage qui a signalé la disparition de l'autre appareil.
Au BST, on n'est pas en mesure de confirmer, pour l'instant, si la ligne de transmission était indiquée sur les cartes. 
Le Navajo est équipé de deux moteurs de 310 chevaux turbocompressés qui vole à 300 kilomètres à l'heure en vitesse de croisière. 
Seuls les deux pilotes étaient à bord. Il s'agit de Francis Boisseau-Tremblay, 25 ans, résidant de Saguenay, et d'Antoine Gilet, 24 ans, originaire de la France, mais domicilié à Saguenay.