Touristes français: la SQ n’avait pas à intervenir

La Sûreté du Québec n’est pas intervenue pour secourir les touristes français coincés en voiture dans un sentier de motoneige lundi puisque ceux-ci n’étaient pas en danger et non pas parce qu’elle n’était pas équipée pour le faire.

La SQ a tenu à préciser les raisons qui ont mené à l’intervention d’une surfaceuse du club de motoneige Caribou-Conscrits afin de sortir un couple de Français qui s’est égaré dans un sentier du Parc national des Monts-Valin à bord de sa voiture en suivant les indications de son GPS. Des articles ont pu laisser entendre qu’elle n’était pas équipée pour se rendre sur les lieux. 

«Nous sommes équipés de motoneiges pour aller chercher des gens en détresse, mais pas pour remorquer une voiture prise dans un sentier de motoneige, explique d’emblée Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec. Les gens n’étaient pas vraiment en danger. Ils avaient de l’essence et de l’eau. Ils avaient surtout besoin d’un véhicule adapté comme une surfaceuse. Même une dépanneuse ne pouvait rien faire pour eux. Nous avons les équipements nécessaires pour accomplir notre mission qui consiste à secourir des gens en détresse. Mais dans ce cas-ci, la meilleure solution consistait à leur envoyer un véhicule capable de les sortir de là avec la voiture.»