La dame habitant au 340 chemin du lac Goth a subi une agression, jeudi matin.

Tentative de séquestration à Saint-Félix-d'Otis

Deux hommes cagoulés sont entrés dans une maison du chemin du lac Goth, jeudi matin à Saint-Félix-d'Otis, et ont tenté de ligoter la propriétaire des lieux. La dame a réussi à échapper aux griffes de ses assaillants, en outre grâce à l'aide de voisins qui l'ont entendue crier. Au moment de mettre sous presse, les voyous étaient toujours en cavale.
Les malfrats ont utilisé ce véhicule pour se rendre sur les lieux, mais l'ont abandonné sur place et ont quitté à pied.
Jacques Morin affirme qu'un vol a aussi eu lieu, tout près, il y a deux semaines.
La dame a couru jusque chez le voisin et a elle-même signalé le 9-1-1. Les deux malfrats avaient coupé sa ligne téléphonique avant d'essayer de la ligoter, selon un voisin rencontré sur place. Voyant leur plan contrecarré par la venue d'un voisin, les deux malfrats ont couru dans les bois. Ils n'ont pas été en mesure de quitter à bord de leur voiture, une Acura TL stationnée plus loin, dans un chemin perpendiculaire. Une auto-patrouille étant à proximité, le chemin a été rapidement bloqué. 
Une opération concertée a été lancée, de sorte que les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont aussi été impliqués et ont fait un barrage à La Baie. Un autre barrage a aussi été organisé à La Malbaie, mais les policiers de la SQ avaient toutes les raisons de croire que les individus recherchés se trouvaient dans les bois.
En après-midi, le coin extrêmement paisible du chemin du lac Goth avait soudainement des allures dramatiques. Au moins douze autos de police étaient sur les lieux, en plus d'un poste mobile. Des techniciens en identité judiciaire, des enquêteurs de poste et des enquêteurs de la section des crimes majeurs, des maîtres-chiens et plusieurs patrouilleurs, dont certains en VTT, étaient sur place.
« Ils allaient là pour l'argent, avançait un voisin rencontré près des lieux du crime, Jacques Morin. Une chance que le voisin était là et qu'il l'a entendu crier. Le voisin m'a dit que les bandits ont essayé d'attacher la femme avec des ''tyraps'' (attaches à tête d'équerre) et qu'ils avaient aussi une barre à clous », explique celui qui affirme qu'une autre voisine a été victime d'un vol, il y a à peine deux semaines.
Commission scolaire avisée
Même la commission scolaire a été avisée, afin de s'assurer que les jeunes dont les parents seraient absents au moment du retour de l'école trouveraient une autre alternative. Les policiers voulaient s'assurer qu'aucun jeune ne se retrouve seul chez lui, compte tenu de la fuite des deux hommes.
« Ce sont des choses auxquelles nous ne sommes pas habitués pantoute, a souligné le maire Pierre Deslauriers en entrevue téléphonique. On est à l'abri de rien. La Sûreté du Québec m'a avisé. Espérons que ça se règle vite. Apparemment ils ont de bonnes traces. C'est la première fois que j'entends parler d'une affaire de même et j'espère qu'il n'y en aura pas d'autres. »
À 22 h, les policiers n'avaient pas encore mis la main au collet des deux hommes, qui ont pénétré dans la demeure du 340 Goth 12 heures plus tôt.