L’opération policière a nécessité la mise en place d’un large périmètre de sécurité dans le secteur des rues de Montcalm, Montfort et Fortier, nécessitant le confinement des résidants et des écoliers de l’école Sacré-Coeur.

Sous évaluation psychiatrique après s’être barricadé

Jonathan Carter, 38 ans, cet individu du secteur Kénogami qui a tenu les policiers en haleine, jeudi, dans une résidence de la rue de Montcalm après s’être barricadé pendant six heures, a comparu vendredi devant le juge Jean Lortie, sous des accusations de méfait et de menaces de mort.

L’homme, qui semblait passablement désorganisé et agité, s’est présenté dans le box des accusés et a demandé immédiatement au magistrat de s’asseoir. Recroquevillé sur lui-même et semblant souffrir, l’individu a été ramené rapidement vers l’unité cellulaire après que le juge ait constaté son état.

Son avocat, Me Olivier Théorêt, de l’Aide juridique, a expliqué que son client, qui avait tenu des propos suicidaires et inquiétants, avait été vu à l’hôpital par un médecin qui lui a donné congé. 

À la suite d’une suggestion commune de la Couronne et de la défense, le juge Lortie a demandé à ce que l’homme fasse l’objet d’une évaluation psychiatrique au cours des trente prochains jours. Cette requête permettra de déterminer sa responsabilité criminelle et de déterminer s’il était responsable de ses actes au moment des faits.

Me Théorêt a expliqué son client semblait plutôt amoché en mentionnant qu’il avait subi une décharge de pistolet électrique à la jambe. M. Carter devrait être de retour en cour le 23 mars prochain.

Rappelons que les événements ont débuté vers 9h, jeudi matin, lorsque l’individu bien connu des policiers a communiqué avec la Sûreté du Québec. Dans les heures qui ont suivi, l’individu est sorti à plusieurs reprises de la maison située au 3593 rue de Montcalm avec une arme longue à la main tout en tenant des propos menaçants. 

L’opération policière a nécessité la mise en place d’un large périmètre de sécurité dans le secteur des rues de Montcalm, Montfort et Fortier, nécessitant le confinement des résidants et des écoliers de l’école Sacré-Coeur.