Gabriel Girard, arrêté lors de l’opération NOCIF, écope d’une peine de six ans pour du trafic de cocaïne.

Six ans de prison pour Gabriel Girard

Le trafiquant de drogue récidiviste, Gabriel Girard, a écopé d’une peine de six ans d’emprisonnement, vendredi au Palais de justice de Chicoutimi, pour trafic de cocaïne.

Gabriel Girard a été arrêté le 29 novembre 2017 dans le cadre de l’opération NOCIF, en compagnie d’une vingtaine d’autres personnes identifiées lors de cette enquête policière. Le Hells Angel Bernard Plourde avait été arrêté une première fois lors de cette opération.

Cette frappe avait pour but de mettre fin à un important réseau de distribution de drogue dans plusieurs municipalités de la région. 

Condamné

En juillet dernier, Gabriel Girard avait demandé la tenue d’une enquête préliminaire à la suite de cette arrestation, qui devait être tenue en décembre. Il est revenu sur sa décision vendredi et s’est reconnu coupable d’avoir fait du trafic de stupéfiants et d’avoir comploté avec d’autres personnes dans le but de faire du trafic de stupéfiants.

Pendant l’enquête policière, il a été possible de relier la possession de plus de 260 grammes de cocaïne, 1000 comprimés de métamphétamine et une centaine de grammes de haschisch à Gabriel Girard. Celui qui a reconnu sa culpabilité avait deux caches pour entreposer sa drogue, dont une chez son père. Les accusations qui pesaient contre le père de Girard ont cependant été retirées vendredi.

En plus des stupéfiants, plus 50 000 dollars ont été saisis lors de son arrestation et un poing américain.

Peine satisfaisante

Une peine de six ans de pénitencier a donc été suggérée par la Couronne et la défense, ce qui était cohérent avec le passé criminel de Gabriel Girard. Son avocat, Me Julien Boulianne, explique que des négociations ont permis de trouver une peine « satisfaisante » pour son client. « Il y a eu différentes tractations depuis. C’est quelqu’un qui a quand une feuille de route assez imposante. La dernière fois, il avait reçu une sentence de 78 mois, avec un chef de gangstérisme. », précise-t-il.

Le procureur de la Couronne, Jean-Simon Larouche, abonde dans le même sens. Il affirme en entrevue que divers facteurs expliquent cette peine. « La reconnaissance de culpabilité évite d’allonger les procédures, mais il fallait aussi regarder la gradation de la peine, les quantités pour lesquelles il avait plaidé coupable la dernière fois et celle dans ce dossier-ci. Six ans, c’était la peine appropriée », indique Me Larouche.

Girard est sous les barreaux depuis neuf mois. On lui a donc retranché 13 mois et demi de sa peine. Il lui reste donc 4 ans, 10 mois et 15 jours de à purger derrière les barreaux.