Séquestration à Saint-Honoré : quatre accusés en liberté

Quatre des cinq individus accusés de voies de fait armées et d’avoir séquestré un homme de 18 ans ont pu recouvrer leur liberté. Seul Simon Durand demeure encore sous les verrous.

Mardi, le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a accepté d’envoyer Olivier Côté, 21 ans, en thérapie pour une période de six mois à la maison De l’autre côté de l’ombre, à Bécancour, afin qu’il vienne à bout de sa dépendance aux stupéfiants.

Durand (26 ans), Côté, Vicky Lavoie (23 ans), Cassandra Racine (20 ans) et Samuel Simard (23 ans) sont accusés d’avoir séquestré un individu dans le rang Saint-Marc, à Saint-Honoré, le 5 février, et de lui avoir fait passer un mauvais quart d’heure pour une dette de drogue.

Ils lui ont fait faire un tour de voiture et en ont profité pour lui infliger une sévère correction. Les accusés ont ensuite ramené leur victime à l’endroit où ils l’avaient enlevée et l’ont laissée sur le bord de la route.

Les cinq individus sont aussi accusés de séquestration, de complot, d’enlèvement, de menaces de mort, de voies de fait armées et de voies de faits graves.

Le quintette d’amis aurait utilisé un bâton télescopique pour battre leur victime et lui occasionner des blessures importantes au visage.

Sans prétendre qu’ils seront tous condamnés pour les gestes posés, il faut savoir que l’un des accusés a filmé la scène et a poussé l’audace jusqu’à mettre les images sur les réseaux sociaux (en privé).

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec sont parvenus à mettre la main sur ces images et les ont déposées au dossier de la cour.

Lavoie et Simard ont été les premiers accusés à sortir de prison, alors que Racine a été envoyé en thérapie vendredi dernier pour une période de trois mois.

Durand n’a pas encore demandé la tenue de son enquête de remise en liberté. Il pourrait le faire au cours des jours ou des semaines à venir. Stéphane Bégin