Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Sept mois de prison pour Jérôme Harton

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Un jeune homme de 21 ans, de Jonquière, Jérôme Harton, devra passer les sept prochains mois en prison après s’être reconnu coupable de possession de matériel pornographique impliquant des mineurs.

L’individu a comparu pour une seconde fois en cour, mercredi après-midi, devant le juge Richard Daoust de la Cour du Québec afin de livrer un plaidoyer de culpabilité.

Selon son avocat, Me Luc Tourangeau, l’individu faisait face à une peine minimale de six mois de prison, mais des pourparlers avec la Couronne, représentée par Me Karen Hinkel, ont permis d’en arriver à une entente sur la peine afin d’éviter que le dossier ne se complexifie davantage.

Le 11 juin 2020, Harton a été accusé après que les policiers aient constaté qu’il était en possession de 118 fichiers contenant des images impliquant des mineurs.

Parmi les conditions imposées par le juge Daoust, Harton devra être en probation pour deux ans, éviter d’accepter un travail avec des mineurs à sa sortie de prison, ne devra plus utiliser l’internet à des fins illégales en plus de voir son nom inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans. Dans l’attente de son procès, Harton a dû rencontrer une sexologue afin de soigner sa déviance.