Le président de la Régie intermunicipale de sécurité incendie GÉANT Mario Fortin et le directeur Jerry Piquette ont présenté les nouveaux équipements du service et fait le bilan de l'année 2016.

Sécurité incendie GÉANT: une année occupée

Le service de sécurité incendie GÉANT de Normadin et des municipalités voisines a connu une année 2016 très occupée avec l'amélioration de ses équipements, la signature d'un nouveau contrat de travail et une baisse du nombre d'interventions.
L'ajout de deux camions-citernes et d'un véhicule de sauvetage à multiple usage va permettre au service d'être plus efficace et d'intervenir plus rapidement. « Comme nous avons plusieurs secteurs isolés, nous allons avoir une meilleure force de frappe avec deux citernes de 3000 gallons alors que les besoins sont de 1500 gallons pour intervenir pour les 15 premières minutes qui sont névralgiques pour circonscrire un incendie », a indiqué le chef Jerry Piquette.
Cette décision évite aussi à avoir à placer des citernes dans les localités, ce qui est dispendieux et plus compliqué d'un point de vue environnemental.
En achetant des véhicules usagés, le service a réalisé des économies importantes. Le coût d'acquisition des trois véhicules est de 300 000 $.
Baisse des interventions
La sécurité incendie GÉANT a réalisé 59 interventions en 2016 comparativement à 73 en 2015. Les sapeurs ont dû combattre 15 incendies de bâtiments qui ont causé des dommages évalués à près de 88 000 $. Les municipalités touchées sont Normandin, Albanel et Saint-Thomas-Didyme. Les principales causes sont la défaillance électrique ou mécanique et l'utilisation inadéquate de matériau enflammé.
Par ailleurs, le service a été appelé sept fois pour des manoeuvres de désincarcération et a réalisé trois sauvetages dans des sentiers de motoneige.
Le budget du service qui dessert cinq municipalités est de 778 000 $, ce qui représente un coût par habitant de 107,68 $ alors que la moyenne au Québec est de 124,98 $.
Finalement, les 42 pompiers du service disposent d'un nouveau contrat de travail de cinq ans qui prévoit des augmentations salariales de 9 %.