Roger Bouchard est actuellement détenu depuis trois semaines et tout porte à croire qu’il passera encore un bout de temps derrièere les barreaux.

Roger Bouchard demande de l’aide

Après 35 années de carrière comme criminel, le Jonquiérois Roger Bouchard veut sortir de ce milieu et surtout éviter de reprendre la route de la prison.

L’homme de 57 ans est revenu devant la justice, lundi matin. Il devait plaider coupable à deux dossiers de vols, lorsqu’il a appris qu’une autre accusation de vol avait été déposée à son endroit.

L’individu, dont les intérêts sont représentés par Me Louis Belliard, a reconnu les faits dans les trois dossiers devant le juge Christian Tremblay, de la Cour du Québec.

Les plaidoyers de culpabilité ne seront enregistrés que lors du prochain passage de l’accusé au tribunal, le 27 avril, à la suite du dépôt d’un rapport prédicisionnel afin de savoir si Bouchard peut obtenir de l’aide pour éviter un retour derrière les barreaux.

Les faits reprochés à Bouchard se sont déroulés entre août et décembre 2017.

Le premier dossier remonte au 17 août dans une pharmacie de Jonquière. Bouchard y a dérobé trois parfums d’une valeur de 421,96 $.

Le commerçant n’a pas récupéré les biens volés.

Son deuxième vol s’est produit dans un marché à grande surface. Le cambrioleur y a pris deux paires d’écouteurs d’une valeur totale de 70 $. Il a été pris sur le fait et les écouteurs ont été remis au commerçant.

Lundi matin, il s’apprêtait donc à plaider coupable à ces deux chefs d’accusation et aux bris de probation qui s’y rattachaient.

Mais Me Michael Bourget, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), avait autorisé, vendredi, le dépôt d’une autre accusation de vol et une de bris de probation.

Ce méfait s’est produit dans un commerce de Labrecque.

Avec deux complices, dont sa conjointe Sandra-Lyne Gagnon, qui est aussi très connue des milieux policiers et judiciaires, Bouchard s’est emparé de bouteilles d’alcool d’une valeur de 587,85 $.

Le lendemain matin, Gagnon est retournée au commerce et a remis une somme de 600 $ au propriétaire afin qu’il oublie ce qui s’était passé la veille.

Visiblement, l’initiative n’a pas porté fruit.

Me Belliard s’est entretenu avec son client afin d’analyser les possibilités qui s’offraient à lui. Bouchard a décidé de plaider coupable.

« M. le juge, je demande la confection d’un rapport prédicisionnel. J’ai eu des discussions avec le service de probation et une spécialiste en santé mentale afin que tout ce monde analyse les avenues possibles pour sortir M. Bouchard du milieu criminel. »

« Je ne sais pas si mon client a des problèmes de santé mentale. Je ne suis pas médecin, mais je crois que ça vaut la peine d’essayer. Si ça fonctionne, ce sera tant mieux pour tout le monde, incluant mon client », ajoute-t-il.

Me Belliard souhaite qu’une solution soit amenée, car il va de soi que les peines de détention n’ont pas donné les résultats escomptés sur le multirécidiviste de l’alcool au volant et des vols de moins de 5000 $.

« Je vais me ranger derrière votre suggestion qui me semble appropriée. S’il est possible de cerner le problème au fond, peut-être que ça donnera un résultat, ce sera tant mieux », a indiqué le magistrat.

bien connu
Roger Bouchard est connu du milieu judiciaire. Sa carrière criminelle compte 35 années bien sonnées. Depuis l’âge de 21 ans, il est passé par un palais de justice, particulièrement celui de Chicoutimi, chaque année. Les seules périodes d’accalmie sont survenues durant ses périodes de détention.

Il a déjà écopé d’une sentence de 40 mois de détention pour avoir trafiqué des stupéfiants.

À ses premiers passages au tribunal, Bouchard avait été reconnu coupable à ses premières années de conduite avec les facultés affaiblies.

Il a récemment été condamné à 20 mois de détention pour des vols.