Rivale écartée avec violence

Une femme sans antécédent judiciaire est condamnée à une amende de 750$ pour «avoir sauté à la gorge» de la voisine qui a séduit son conjoint en mars 2013.
L'épisode a eu un effet inattendu sur le couple puisque le conjoint a répudié la rivale et est revenu vers sa conjointe.
La femme a cependant payé son comportement plus cher qu'une simple amende, puisque cette condamnation à une voie de fait lui procure un dossier criminel dont elle n'aurait pas eu besoin.
L'amende a été une recommandation de son avocat, Me David-Alexandre Aubé, et du représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Michaël Bourget, qui a fait un résumé de l'événement devant la Cour du Québec.
«Elle (l'accusée) s'est approchée avec son pick-up de l'automobile de la victime et l'a endommagé. Elle est sortie et a pris la victime à la gorge avec ses deux mains», a expliqué l'avocat de la Couronne qui a monté des photographies contemporaines de la victime qui montrent des marques rouges au cou.
La voisine a mis fin à sa relation avec le conjoint de l'agresseur et elle a été envoyée par le voisin qui demeure sur place.
La femme a précisé le sort du couple voisin pour expliquer qu'elle n'aurait pas l'occasion de croiser la victime au cours de la prochaine année: «Elle ne reste plus là. Le voisin l'a mis dehors, je ne la reverrai plus!»
Quand le juge s'est inquiété ouvertement de la répétition d'une telle violence dans l'éventualité d'une nouvelle séparation, la femme l'a rassuré en indiquant qu'elle a suivi une thérapie pour éviter que cela ne se reproduise, le cas échéant.